Archives mensuelles : février 2019

Journée d’étude « Pouvoir et émotions : sensibilités, représentation et gouvernance dans l’Europe Moderne (France, Espagne) »

13 septembre 2019 MSH-Paris Nord

 

Appel à communications

 Depuis le courant de l’histoire des mentalités, dans la tradition de l’école des Annales, de nouvelles perspectives historiographiques se sont ouvertes autour de la question des émotions. Cette thématique rassemble des chercheurs s’intéressant à la place occupée par la dimension affective dans la vie des sociétés mais également dans les rapports de pouvoir et la production/reproduction des inégalités. Sur le plan de l’histoire politique, l’émotion joue un rôle effectivement majeur en tant que réaction, stimulus ou lien entre les individus et les groupes sociaux. Des « communautés d’émotion » décrites, ici ou là, par les historiens font leur apparition lorsqu’un dirigeant, une élite ou une institution provoque, encadre ou, au contraire, censure une réaction collective qui, au-delà de toute orientation idéologique, identitaire ou genrée, prend la forme d’une réponse émotionnelle jamais neutre (plaintes, émeutes, pamphlets, chansons, violences, etc.).

Dans le contexte de l’Epoque Moderne, la gestion de l’émotion concerne autant les dirigeants (traditionnellement, l’impassibilité affichée par les monarques tranche avec l’hybrisdes tyrans) que ceux qui y sont soumis et qui doivent, souvent sur commande, se réjouir (couronnement, victoire militaire ou mariage) ou se lamenter (défaite, complot, assassinat, décès, etc.). La société du spectacle, venue de la Cour, valorise-t-elle forcément toutesles émotions ou n’opère-t-elle pas un tri entre ce qui peut s’exprimer et se montrer et ce qu’il convient de dissimuler, d’intérioriser ? L’histoire sensibledes monarchies françaises et espagnoles d’Ancien Régime recouvre un vaste panel d’émotions (celles des puissants, celles de leurs obligés) qui, parfois, atteignirent leur paroxysme  à l’occasion de crises majeures. Ainsi, en marge d’une histoire politique du corps et de ses représentations, la prise en compte des affects permet une relecture constructive de l’histoire longue des rapports de domination dans les sociétés occidentales. Enfin, notons que les relations géopolitiques et les échanges culturels franco-hispaniques ont souvent donné lieu à des comparaisons entre deux royaumes longtemps ennemis. Sur le plan des références majeures et des concepts-clé du discours politique, les legs de l’Antiquité et les mutations de la Renaissance ont souvent rapproché ces deux Etats malgré des tensions et des conflits de part et d’autre des Pyrénées. Sur le plan de l’histoire des émotions, les discours « identitaires » français et espagnols, savamment instrumentalisés en période de conflit, reflètent une lecture « psychologique » figeant deux « Etats », voire deux « nations », et ramenant des populations très diverses à des stéréotypes affectifs dont témoignent les arts, les sciences et les lettres.

Cette journée d’étude transpériodique et interdisciplinaire (histoire, civilisation hispanique, histoire des arts, sciences politiques, etc.) entend interroger les rapports de pouvoir et de domination (sur le plan politique, économique psychologique ou symbolique) s’inscrivant dans une dimension sensible et s’exprimant par des émotions (adhésion, résistance, joie, tristesse, amour, haine, etc.) individuelles et/ou collectives qui peuvent aussi bien renforcer les structures de décision que les fragiliser en cas de contestation radicale. La représentation (ou la non-représentation) des émotions du pouvoir comme la manipulation des émotions à des finsde pouvoir, la circulation des émotions entre le pouvoir (roi, seigneur, ministre, valido,etc.) et le.s public.s dans une interaction non dépourvue d’ambiguïté, sinon de manipulation, sont les champs que cette journée d’études internationale entend explorer, dans le contexte franco-hispanique. Le domaine d’étude visé est l’Epoque Moderne sans pour autant s’interdire d’explorer des repères plus anciens, dotés d’une valeur exemplaire ou fondatrice.

 

Envoi des propositions (titre provisoire, résumé de 10 lignes maximum, brève bio-bibliographie rappelant les titres et travaux) jusqu’au 13 mai 2019à:

– Stanis PEREZ, MSH Paris Nord, PLEIADE: stanis.perez@mshparisnord.fr

– Sarah PECH-PELLETIER, Université Paris 13, PLEIADE: sarah.pelletier@univ-paris13.fr

– Christine OROBITG, Aix Marseille Université, TELEMME : christine.orobitg@gmail.com

Stéphane GAL et Marianne CLERC, Le Siècle des Lesdiguières

Vient de paraître aux PUG sous la direction de  Stéphane GAL et Marianne CLERC, Le Siècle des Lesdiguières. Issu d’un colloque organisé en 2017, l’ouvrage fait écho aux axes explorés par le groupe Façons d’être, à travers la mort, le corps, les pratiques d’écriture, la mémoire. Myriam Gilet, Docteure en histoire, membre associée du groupe, fait partie des contributeurs de cet ouvrage qui éclaire la place occupée dans le paysage politique par l’une des plus puissantes familles du royaume de France au XVIIesiècle.

Appel à candidatures Aix-en-Provence, 15-17 mai 2019 : bourses doctorales workshop La mémoire à l’épreuve de l’interdisciplinarité

(https://memoire.hypotheses.org/category/annonce)

Dans le cadre du workshop organisé par le GDR 2013 Mémoire sur La mémoire à l’épreuve de l’interdisciplinarité (https://memoire.hypotheses.org/), six bourses au moins seront dédiées au financement de doctorants ou de post-doctorants.

Les candidatures (CV et lettre de motivation) sont à adresser à Isabelle Luciani (isluciani@wanadoo.fr). Elles seront examinées par le comité scientifique du workshop qui sera attentif à la place de la mémoire dans le sujet de recherche ; au questionnement sur l’interdisciplinarité ; aux modes de participation ou de valorisation proposés dans le cadre du workshop (poster, courte présentation, podcast ultérieur sur un aspect du workshop…).

Fin de l’appel : 24 mars 2019

Séminaire 14 février 2019, MMSH : « Pour une histoire matérielle de la production des savoirs »

Introduction

Emmanuelle CHAPRON TELEMMe (AMU-CNRS) et Véronique GINOUVES Phonothèque MMSH

 Pour une histoire matérielle de la production des savoirs

Jean-François BERT Université de Lausanne

 À l’histoire de l’institutionnalisation des disciplines et des généalogies intellectuelles, à la prise en compte des différents déterminants sociaux qui conditionnent à la fois le statut du chercheur et son projet intellectuel, il faut ajouter un troisième espace de réflexion qui bénéficie des grands courants de l’historiographie contemporaine, celui de la matérialité des artefacts, de l’activité quotidienne et des pratiques ordinaires que les savants mobilisent tout au long de leur carrière intellectuelle pour penser et agir. Au travers des archives, ou en acte, regarder ce que les savants font en pratiquant leur discipline, s’intéresser à ce qu’ils manipulent et comment, décrire leur ordinaire, remet en question la compréhension habituelle que nous avons de la production des savoirs, des éléments qui nous permettent de juger de l’originalité d’une pensée, d’une hypothèse ou d’une réflexion, mais aussi de la fécondité des intuitions d’un auteur, qu’il soit considéré comme un classique ou non. C’est ce à quoi s’attache Jean-François Bert dans ses derniers travaux, comme son Histoire de la fiche érudite (ENSSIB, 2017) ou son plus récent Comment pense un savant (ANAMOSA, 2018). Deux ouvrages qu’il nous présentera à l’occasion de son séjour comme chercheur invité par l’ESPE et l’ADEF (EA 4671, AMU).

http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/activites/rencontre.aspx?id=1304