Cher·e·s lecteurs·rices,

Ce carnet Hypothèses est dédié à l’actualité du séminaire du groupe de recherche « Façons d’être : corps, émotions, récits de soi » rattaché au laboratoire TELEMMe (MMSH). Coordonné par Damien Boquet, Isabelle Luciani et Isabelle Renaudet, ce groupe organise un séminaire mensuel qui a lieu le mercredi matin à la MMSH.

 Vous y trouverez l’agenda des prochains séminaires et des manifestations scientifiques, les publications des membres du groupe, des articles liés à des travaux en cours ainsi que des annonces de soutenances de thèses et HDR et de publications récentes pouvant entrer dans les champs d’études du groupe Façons d’être.

Tous ses membres vous souhaitent une belle lecture et espèrent vous rencontrer lors des activités de l’année 2020.

Journée d’étude et appel à communications : “Récit et mise en scène de soi : formes, enjeux et problématiques”, organisés par UR DIRE et UMR TELEMMe, 3 et 4 février 2022, Université de la Réunion

L’une des membres du groupe  Façons d’êtreChristine Orobitg, Façons d’être co-organise une journée d’étude dont vous trouverez l’appel à communications en pièce jointe. 

Séminaire du 8 décembre 2021 : Rationaliser le corps malade : la médecine occidentale face au double choc des épidémies et des cultures, 9h30-12h, MMSH, salle PAF, Aix-en-Provence

Les interventions proposées présenteront, à partir d’archives médicales et associatives, la constitution et la diffusion de savoirs médicaux élaborés par des médecins occidentaux au contact de mondes extra-européens. De la rencontre avec le corps de l’Autre à la confrontation avec de nouvelles situations épidémiques, quels discours sur le corps, les pratiques médicales, les fièvres ? 

Introduction Tristan Portier, doctorant, AMU 

Médecins occidentaux et patients chinois : interactions médicales et savoirs pratiques sur la différence chinoise des corps au XIXe siècle par Clément Fabre, doctorant, SIRICE/TELEMME

“Fièvre des Européens” en Amérique ou “Typhus d’Amérique” en Europe ? La recomposition des savoirs médicaux lors des épidémies de fièvre jaune en péninsule ibérique (années 1790-1820) par Pierre Nobi, doctorant, Centre d’histoire de Sciences Po

Séminaire interlaboratoire AMU ADES – TELEMMe Histoire et anthropologie de la mort : “Cadavres anonymes”, 3 décembre, de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 16 h 30, mode hybride, Faculté de médecine de la Timone à Marseille, et via Zoom

La prochaine séance du séminaire interlaboratoire AMU  ADES – TELEMMe  Histoire et anthropologie de la mort se tiendra le 3 décembre prochain, de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 16 h 30. 

Elle aura lieu  en mode hybride : en présentiel à la Faculté de médecine de la Timone à Marseille, et via Zoom

Elle portera sur le thème Cadavres anonymes : 

La question des corps non-identifiés se rencontre dans les conditions de décès solitaires engendrées par l’anonymat urbain, dans tous les contextes marqués par les violences de masse ou lors des catastrophes qu’elles soient sanitaires, « naturelles » ou industrielles  lorsqu’un grand nombre de décès interviennent simultanément ; cette situation se traduit alors par la présence persistante et problématique de corps anonymes ou de restes humains qui demeurent parfois non-identifiés durant une période de temps extrêmement longue. La simple présence de ces cadavres anonymes, tout autant que leur prise en charge mortuaire et funéraire, pose alors aux sociétés comme aux individus de nombreuses questions (d’ordre techniques, juridiques, morales ou politiques) que cette journée de présentations et de discussion entend précisément aborder. 

Nous entendrons le matin Bruno Bertherat (Université d’Avignon) sur la gestion des corps à la morgue au XIXe siècle et Jean-Marc Dreyfus (Université de Manchester) sur le cas des corps des camps d’extermination de la Deuxième guerre mondiale ; l’après-midi Elisabeth Anstett (CNRS)  sur la prise en charge funéraire des dépouilles en contexte de violence de masse et Pascal Adalian (AMU) sur les procédures d’identification des corps en anthropologie médico-légale. 

Le séminaire aura lieu à la Faculté de médecine de la Timone

Le matin : en salle de visioconférence, Rez de chaussée, aile bleue.

L’après-midi, en salle 31 (3e étage, aile rouge)

Merci de prévenir de votre présence elisabeth.anstett@univ-amu.fr  ou anne.carol@univ-amu.fr

 

Il est possible de suivre la séance en distanciel via zoom :

Le lien de connexion est le suivant : https://univ-amu-fr.zoom.us/j/2481646371?pwd=SGpOKzdJYmpaT294eE1HUGZuTVAxZz09

La connexion est possible également avec le numéro de conférence 2481646371  et le mot de passe mvL3dj

Pour une connexion H323: zoom-roomlb.univ-amu.fr

IP : 162.255.36.11

Code secret : 824834

ID de réunion : 248 164 6371

Séminaire du 10 novembre 2021 : Sexualité “déviante”, sexualité violente au Moyen Âge, MMSH, 9h30-12h30

Cette séance, centrée sur l’actualité éditoriale, aborde la question de la sexualité « déviante » ou violente au Moyen Âge dans deux contextes bien différents qui mettent à l’index la figure du« sodomite » : celui de la dénonciation des pratiques « contre nature » dans l’Église au XIe siècle et celui de la répression du crime pédophile par la justice pénale à Bologne à la fin du Moyen Âge

PROGRAMME
Introduction Damien Boquet (AMU – TELEMMe)

Église et sexualité au XIe siècle. Le Livre de Gomorrhe de Pierre Damien Jean-François Cottier (Université de Paris)

Viols d’enfants au Moyen Âge. Genre et pédocriminalité à Bologne (XIVe-XVe siècle)
Didier Lett (Université de Paris)

Séminaire inter-laboratoires partenaire du groupe Façons d’être : Histoires d’écoutes. L’auralité en histoire et pour l’histoire, de l’Antiquité à l’époque moderne

Le 13 octobre 2021, le séminaire du groupe Façons d’être : corps émotions récit de soi a repris ses activités en présentiel, après plus d’une année de fonctionnement sur le mode distanciel. Le programme et le calendrier de l’année 2021-22 ont été présentés. Notez que les prochains séminaires auront lieu le 9 novembre et le 8 décembre 2021, les 26 janvier, 23 février et 11 mai 2022 (salle Paul-Albert Février, MMSH, 9h30-12h).

 

Le groupe Façons d’être : corps émotions récit de soi est partenaire du séminaire inter-laboratoire Histoires d’écoutes. L’auralité en histoire et pour l’histoire, de l’Antiquité à l’époque moderne. Ce séminaire porté par Emmanuèle Caire (TDMAM), Véronique Ginouvès (Phonothèque), Marie-Emmanuelle Torres (LA3M), Laure Verdon (TELEMME) fonctionnera sur la base d’un séminaire mensuel à partir de décembre 2021. Une journée d’études est prévue en juin. Les dates de ces manifestations sont les 10 décembre, 21 janvier, 25 février, 25 mars, 22 avril, 20 mai, 10 juin, salle Germaine Tillion.

Ce séminaire placera au centre de sa réflexion les sources historiques qui fourmillent d’indications sonores : voix du collectif, textures sonores, mécanismes pensés pour installer, optimiser voire forcer l’écoute de certains individus. Les voix de Dieu, du pouvoir, du collectif, de la nature ou de la guerre résonnent dans les sources parce qu’elles ont été entendues et parce que l’auteur veut les faire entendre au lecteur.

Ce séminaire fera de la recherche d’une société sonore l’un de ses objectifs en tentant de retrouver son régime d’écoute particulier, entre oralité (ce qui est dit, qui relève de la performance) et auralité (ce qui est entendu, qui relève de l’expérience et module le récit historique, la création artistique ou encore le récit de l’Autre. L’écoute sera donc explorée à la fois comme un objet historique, un moyen d’écriture du social et un outil pour l’historien.  Il s’agira de réfléchir aux méthodologies possibles pour retrouver, reconstruire et exploiter cette écoute historique tout en observant ce qu’elle peut apporter à la recherche historique. Dans cette optique, le séminaire aura recours à l’observation des méthodes employées par les spécialistes du sonore « audible ». L’objectif est d’ouvrir par ces réflexions croisées un laboratoire expérimental des méthodologies possibles, qui servira aux chercheurs et étudiants désireux d’intégrer et/ou d’exploiter l’auralité dans leur recherche.

Le séminaire s’articulera autour de trois questionnements :

1) Il s’agira d’abord de mettre en lumière ce que l’écoute apporte à la compréhension des expériences et des discours passés. On écoutera ce que ces évocations auditives disent des rapports sociaux, de l’expérience urbaine du collectif, du politique, du divin et de la pensée du corps. On observera ce que la remise dans une perspective de performance / expérience auditive fait à la construction des objets et au positionnement méthodologique.

2) On interrogera ensuite le dit de cette écoute dans les sources anciennes, grâce au vocabulaire et aux mécanisme employés pour créer ces transcriptions (littéraires ou plastiques). On réfléchira aussi aux objectifs poursuivis par l’auteur en étudiant l’émotion, le filtre moral et les jeux d’allusions auditives qu’il installe par ces situations auditives. On pourra juger de ce que cette écoute « mentale » dit et sous-entend dans l’écriture historique. On saura ainsi si l’expérience aurale du lecteur est une expérience réduite ou « augmentée » du sonore. Cela conduira à questionner l’intérêt du paysage sonore dans une œuvre littéraire ou plastique.

3) Enfin, on discutera des méthodologies employées pour la remise en écoute contemporaine. On en viendra au positionnement du chercheur en croisant les champs disciplinaires et les attentes, pour identifier ce qu’il est possible de faire, dans quelle mesure et pour quelles utilisations. Cela aura pour but de questionner les méthodes de recréation de l’écoute historicisante et les types d’expériences qu’il est possible d’imaginer (du chercheur au grand public).

Séminaire de rentrée – mercredi 13 octobre 2021, 10h-12h, PAF, MMSH, Aix-en-Provence

Le groupe Façons d’être est heureux de vous accueillir de nouveau en présentiel à la MMSH pour une nouvelle année de séminaires. 

Toutefois, pour y assister il faut se munir d’un pass sanitaire et d’un masque. Merci pour votre compréhension. 

Présentation : 

Le séminaire sera consacré à la présentation d’un projet de recherche porté par Bruno Bertherat et Isabelle Renaudet sur les morts de la Retirada. Envisagé dans le cadre d’une histoire de la mort, attentive au traitement matériel et symbolique du cadavre, la communication montrera l’intérêt d’aborder ce sujet dans la longue durée, seule en mesure de rendre compte de la vie posthume des morts et de l’entrecroisement des temporalités.

Programme : 

Introduction Isabelle Renaudet , TELEMMe

Les morts de la Retirada Bruno Bertherat, CNE, EHESS, Isabelle Renaudet, TELEMMe

Nouveau numéro de la revue Parlement, revue d’histoire politique : “La mort au Parlement” , dossier coordonné par Anne Carol, PUR (2021/2)

L’histoire de la mort a connu son apogée au tournant des années 1970 et 1980, à travers les deux grandes synthèses de Michel Vovelle et Philippe Ariès. Née dans la continuité de l’histoire religieuse et de la démographie historique, elle s’est renouvelée les vingt dernières années par une approche matérielle centrée sur le traitement du cadavre. Une histoire et une anthropologie politiques de la mort se sont aussi progressivement développées autour du corps du roi ou des usages politiques des funérailles. Mais la question de la mort au(x) Parlement(s) n’avait jamais été abordée en tant que telle. Ce hors-série veut montrer les multiples façons dont on peut comprendre les relations possibles entre mort et Parlement, ainsi que les différentes « histoires de la mort » qui se pratiquent aujourd’hui. Sont explorées, de la Révolution au très contemporain, en Europe et plus particulièrement en France, les manières dont les parlementaires se saisissent de la mort pour dire la norme et travailler le droit (sur le crime de lèse-nation, la violation de sépulture, le périmètre de la peine de mort), utilisent les cadavres pour asseoir leur légitimité, créer un consensus ou marquer une rupture (les martyrs de la Révolution ou de la nation, les héros de guerre), sont interpellés et débattent sur des sujets tels que les frontières entre la vie et la mort, le devenir des cendres, ou comment les élus se confrontent directement à leur propre mort (assassinat de Féraud, attentat de Vaillant, traitement des dépouilles de Gambetta ou Mandel).

Les articles sont à découvrir sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-parlements-2021-2.htm?WT.tsrc=cairnEmailAlert&WT.mc_id=PARL2_HS16

Workshop international : “Mutations et usages du martyre politique”, Casa de Velázquez – Madrid – 14 et 15 juin 2021

Organisation : Pierre-Marie Delpu (Casa de Velázquez-EHEHI) – pierre-marie.delpu@casadevelazquez.org

Résumé

            Des révoltes et révolutions des premières décennies du XIXe siècle aux violences de masse du XXe siècle, la période contemporaine est marquée par la récurrence et la superposition des expériences du martyre politique. En se centrant sur la partie occidentale de l’Europe du Sud – Espagne, Italie, Portugal, France –, ces deux demi-journées d’études se proposent de saisir les usages sociaux et politiques que ces figures ont occasionnés. Elles entendent pour cela replacer le martyre politique au sein de questionnements d’histoire et de sciences sociales sur le dialogue entre le politique et le religieux, sur les processus de politisation, sur les régimes mémoriels.

Programme

Lundi 14 juin 2021 – 15h-18h

 15h : Luis González Fernández (Casa de Velázquez-EHEHI) : Ouverture des travaux

15h10 : Pierre-Marie Delpu (Casa de Velázquez-EHEHI) : Introduction

Session 1 : Figures du martyre politique au XIXe siècle

Présidence et discussion : Raquel Sánchez (Universidad Complutense)

15h30 : Francisco Javier Ramón Solans (Universidad de Zaragoza) : Mártires terrenales. Religión, política y secularización en el surgimiento de una nueva forma de culto público

 15h50 : Pierre Géal (Université Grenoble Alpes) : La dimension religieuse des hommages aux martyrs de la liberté durant le Triennat Libéral

 16h10 : Discussion

16h25 : Pause

 16h45 : Silvia Cavicchioli (Università degli Studi di Torino) :  Mémoires publiques des martyrs politiques du Risorgimento italien

 17h05 : Bruno Dumons (CNRS UMR 5190 LARHRA) : Les martyrs de la Contre-Révolution. Culte et mémoire dans le catholicisme français (XIXe-XXe siècles)

17h25 : Vincenzo Scamardella (Aix-Marseille Université) : De la figure laïque à l’entité miraculeuse. Les récits de vie de José Thomas de Sousa Martins et leurs socialisations (fin XIXe-début XXe siècle)

17h45 : Discussion.

 

Mardi 15 juin 2021 – 9h30-13h

 Session 2 : XXe siècle

Présidence et discussion : Jesús Casquete (Universidad del País Vasco)

9h30 : Silvia Sonetti (Università degli Studi di Salerno) : ¿Ciudad mártir del Risorgimento? El mito de Pontelandolfo

 9h50 : Zira Box (Universidad de Valencia) : Herramientas de análisis para interpretar el martirio político en las dictaduras del siglo XX

 10h10 : Xosé-Manoel Núñez Seixas (Universidad de Santiago) : ¿Dictadores o mártires en la memoria? Pétain, Mussolini y otros casos europeos.

10h30 : Discussion

10h50 : Pause

11h10 : Amy C. King (University of Bristol) : “We die everywhere for Italy”: Building Consensus for Empire through Transnational Commemoration of Fascist Martyrs

 11h30 : Charlotte Moge (Université Jean Moulin Lyon 3) : Victimes de la mafia, martyrs de la République : construction mémorielle et renouvellement identitaire

 11h50 : Discussion

12h10 : Remarques conclusives et perspectives pour la publication

Appel à communications – Colloque de la Société de Démographie Historique 4 et 5 Novembre 2021 Campus Condorcet : “Entre l’enfance et l’entrée en vie adulte. Normes et pratiques dans les sociétés médiévales, modernes et contemporaines”

La période qui s’étend entre la fin de l’enfance et l’entrée dans la vie adulte recouvre des réalités et des expériences diverses selon les périodes, les régions et les groupes sociaux. Cette plasticité explique la difficulté à la saisir dans ses dimensions les plus diverses. Aussi, même si quelques travaux s’y sont penchés dans une perspective globale ou plus ciblée, le terrain reste largement à défricher pour comprendre les évolutions de ses configurations dans différents espaces sociaux, historiques et géographiques.

La Société de démographie historique a décidé de consacrer un colloque à cette période si particulière en l’ouvrant à plusieurs disciplines et périodes. Trois fils rouges ont été définis qui fournissent autant de pistes possibles, sans pour autant que ce cadre entende contraindre les propositions.

1/ Nommer et contrôler

Il est bien difficile de nommer cette période de la vie qui s’étend de la fin de l’enfance jusqu’à l’entrée dans la vie adulte. La question du vocabulaire employé qui varie selon les périodes et les lieux et selon les chercheurs ou les disciplines mérite d’être posée. Pouvons-nous parler de «jeunes», de «grands enfants», d’«adolescents», de « teenagers » et dans quels contextes ?

Quels critères individuels (qualités, compétences) sont décisifs, selon les sociétés, pour qu’un individu soit classé dans ces catégories d’âge ? Sur la base de quels savoirs, quels discours, quelles légitimations ?

L’appartenance à ces catégories d’âge intermédiaire entraîne des droits et devoirs nouveaux pour les individus concernés. Des codes, des normes de comportements sont imposés à plusieurs niveaux par des institutions qui constituent autant de règles avec lesquelles les « adolescents » des deux sexes doivent composer. Quels sont-ils ?

2 / Franchir les seuils et s’affranchir des codes

Pour autant, ces règles ne sont pas figées une fois pour toutes et il apparaît opportun de repérer la manière dont les jeunes s’en affranchissent. Les seuils sont ici polysémiques : qu’il s’agisse de franchir les étapes de la vie, d’accélérer le passage à l’âge adulte ou de le freiner ; qu’il s’agisse aussi de s’affranchir des cadres familiaux et sociaux pour franchir des frontières ; ou encore qu’il s’agisse de gagner son autonomie par des stratégies individuelles ou collectives. Quels facteurs favorisent cette agentivité des jeunes gens et jeunes filles, cette capacité à s’affranchir des codes sociaux et des règlesimposées ? Quel est l’impact de cette remise en question sur leur position sociale ? Il convient de réfléchir aux conditions du passage d’une situation donnée vers une autre. Étant donné qu’ils et elles sont aussi acteurs de ce passage, cela amène à revoir les règles qui leur sont imposées. C’est donc l’affranchissement des cadres sociaux tels qu’ils sont construits pour contrôler cette période de la vie qui sera l’objet de questionnement

3 / Composer avec les imprévus et les ruptures

Les cadres avec lesquels le jeune doit composer sont aussi susceptibles de basculer en fonction d’événements extérieurs qui « perturbent » sa trajectoire attendue. On pense au décès des parents, aux problèmes familiaux, à la précarité économique, aux épidémies, guerres et conflits qui peuvent survenir ; le changement des conditions de vie bouscule « l’ordre des choses ». Dans cette section, c’est moins l’individu acteur de sa trajectoire que la manière dont il ou elle est contraint de faire face à des événements perturbateurs qui méritera d’être observée. Quelles sont les conséquences de ces ruptures sur les parcours de vie adolescents, quelles ressources parviennent-ils/elles ou non à mobiliser pour faire face à ces imprévus ?

Calendrier et modalités pratiques

Les propositions de communications (titre, résumé d’une page maximum, bref CV) devront parvenir en français, ou en anglais, en italien, en espagnol aux organisateurs avant le 13 juin 2021 à l’adresse : colloqueSDH2021@gmail.com

Elles seront examinées et évaluées par les organisateurs du colloque, faisant fonction de comité scientifique. La sélection des communications sera indiquée aux proposants avant la fin mai 2021.

Les communications pendant le colloque pourront se faire en français, anglais, italien, espagnol et devront être accompagnées d’un powerpoint dans une autre langue pour une meilleure compréhension générale.

Institutions mobilisées

Société de Démographie Historique, Institut de Démographie de l’Université de Paris (IDUP / Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Centre Roland Mounier (Sorbonne Université)

Comité d’organisation et comité scientifique

Virginie De Luca Barrusse, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne Richard Marcoux, Université Laval (Québec)
Anne-Françoise Praz, Université de Fribourg (Suisse)
Isabelle Robin, Sorbonne université

Ilaria Taddei, Université de Grenoble Alpes

Contact : colloqueSDH2021@gmail.com

Séminaire Histoire et anthropologie de la mort, séance du 6 mai 2021, 10h-16h, visioconférence : Cadavres indésirables

Interviendront le matin Maria Teresa Ferreira, archéologue et Anne Carol, historienne ; puis l’après-midi Carolina Kobelinski, anthropologue, et Isabelle Renaudet, historienne & Bruno Bertherat, historien.

Prière de contacter Isabelle Renaudet (isabelle.renaudet@univ-amu.fr) pour obtenir le lien permettant de rejoindre la réunion.

« Regards croisés sur des fléaux épidémiques, 1720-2021 », 28 avril 2021, 9h-17h

Journée d’étude organisée par les associations étudiantes Courant d’art et Archéopterre (AMU) avec le soutien du Musée d’Histoire de Marseille et l’UMR TELEMMe, AMU-CNRS

Programme 

9h Introduction

Isabelle Renaudet, TELEMMe (AMU-CNRS)

Serge Morand, Institut des Sciences de l’Evolution de Montpellier, CNRS

Pour une histoire globale des maladies infectieuses.

Gilbert Buti, TELEMMe (AMU-CNRS)
Se protéger et repousser la contagion en Provence en 1720-1722

Magali Théron, TELEMMe (AMU-CNRS)
Aegros curare. Peindre la peste en Provence à l’époque moderne : du tableau de dévotion à la peinture de bataille 

14h

Anne-Marie Moulin, SPHERE, CNRS

L’aventure de la vaccination

Patrick Zylberman,  EHSP

Un souffle d’apathie : l’Union européenne et la sécurité sanitaire

Association Courant d’art et Archéopterre, AMU

La pandémie de COVID-19 vue par des étudiant.es

Pour recevoir le lien vous permettant d’assister à la Journée d’études, merci de contacter Isabelle Renaudet à son adresse de l’université (AMU).