Cher·e·s lecteurs·rices,

Ce carnet Hypothèses est dédié à l’actualité du séminaire du groupe de recherche « Façons d’être : corps, émotions, récits de soi » rattaché au laboratoire TELEMMe (MMSH). Coordonné par Damien Boquet, Isabelle Luciani et Isabelle Renaudet, ce groupe organise un séminaire mensuel qui a lieu le mercredi matin à la MMSH.

 Vous y trouverez l’agenda des prochains séminaires et des manifestations scientifiques, les publications des membres du groupe, des articles liés à des travaux en cours ainsi que des annonces de soutenances de thèses et HDR et de publications récentes pouvant entrer dans les champs d’études du groupe Façons d’être.

Tous ses membres vous souhaitent une belle lecture et espèrent vous rencontrer lors des activités de l’année 2020.

Appel à communications journée d’étude des Jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe, « Le(s) conflit(s) en sciences humaines et sociales », 12 mai 2021, MMSH, Aix-en-Provence

L’équipe des Jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe lance un appel à communications pour leur journée d’étude sur « Le(s) conflit(s) en sciences humaines et sociales ». 

APPEL À COMMUNICATIONS 

Le(s) conflit(s) en sciences humaines et sociales

Journée d’études des Jeunes chercheurs·euses de l’UMR TELEMMe 

12 mai 2021

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Aix-en-Provence

Des guerres de Religion aux contentieux administratifs, des zones à défendre aux débats scolastiques, des manifestations altermondialistes aux disputes conjugales, la pluralité des formes du conflit rend difficile la compréhension de ses limites et de ses objets. Défini comme une « situation relationnelle structurée autour d’un antagonisme », le conflit révèle les oppositions, les solidarités et les dynamiques de pouvoir au sein d’un système social. Il peut être envisagé comme un point de rupture, un bouleversement et participe à la transformation des sociétés par la remise en question des normes, pratiques, territoires et représentations, sans cesse renégociés. Au-delà de la seule dimension militaire du terme, le parti pris de cette journée d’étude interdisciplinaire sera de considérer le conflit dans toute sa complexité (acteurs, intensités, lieux, temporalités).

Le conflit a donné lieu à des définitions et traditions de recherches variées dans les différentes disciplines des sciences humaines et sociales qui cherchent à en comprendre les origines, les ressorts et les conséquences. L’analyse des conflits s’est ainsi affirmée au fondement même de certains champs d’études disciplinaires, tels que l’histoire des guerres depuis Hérodote ; la psychologie des conflits intra et interpersonnels ; la sociologie de la domination et des mouvements sociaux ; la géopolitique en géographie ; l’étude des désaccords esthétiques fondamentaux en histoire des arts ; l’examen des litiges et des modes de résolution des conflits dans les sciences juridiques.

Le conflit a pu être pensé alternativement comme un obstacle ou un levier de l’évolution des sociétés et des individus. La philosophie de l’histoire hégélienne puis marxiste a fait du processus conflictuel le moteur du changement social et de l’histoire.   La question a été longuement discutée en sociologie, selon que les auteurs placent l’intégration et le consensus, ou au contraire le conflit,  au fondement de l’ordre social.

Dans un contexte encore influencé par le marxisme et nourri des premières approches post-modernes, les recherches sur les conflits connaissent de profonds renouvellements en France dans les années 1970, entre la géopolitique lacostienne et la sociologie des nouveaux mouvements sociaux d’Alain Touraine. Une vingtaine d’années plus tard, l’affirmation de la postmodernité et la fin des « grands récits », sur fond de chute du bloc communiste, conduisent à analyser de nouveaux objets, acteurs et territoires de conflictualité, allant des guerres asymétriques aux affrontements dématérialisés, en passant par la reconfiguration des antagonismes sociaux.

Le conflit est donc une opposition structurelle et structurante qui crée et recrée, redéfinit et reconfigure les territoires et les acteurs·trices impliqué·e·s dans sa résolution. À ces dernièr·e·s de mobiliser les moyens d’action spécifiques à leur société, leur culture et à l’objet même de leur contentieux. Ici apparaît une dualité majeure de la notion de conflit : alors qu’elle révèle les tensions internes à un système d’acteurs·trices, elle mobilise aussitôt de nouvelles solidarités. C’est ce déplacement de l’axe de l’analyse de l’acteur·trice vers l’action qui a attiré l’intérêt des Jeunes chercheurs·ses de TELEMMe, dans la continuité du séminaire 2019-2020 sur les acteurs·trices en sciences humaines et sociales. Le conflit apporte une nouvelle dimension critique à la notion d’agentivité et nécessite une étude systématique de l’articulation entre antagonisme, solidarités et résolution pour définir une approche pluridisciplinaire de cette notion polymorphe des sciences humaines et sociales. 

Trois axes de réflexion sont ainsi proposés aux participant·e·s.

 

Axe 1 — Cerner le conflit

À partir de quand peut-on parler de conflit ? Quand débute et prend fin un conflit ? Quelles sont les échelles de conflit et comment s’imbriquent-elles ? Le type de conflit a-t-il une influence sur ses modalités d’expression ? Comment identifier et analyser les acteurs mobilisés ? Quelles sont les nouvelles formes de conflit (acteurs non-étatiques, nouveaux territoires, cyberconflictualité) ? De quelle(s) manière(s) les acteur·trice·s se représentent-ils dans les conflits ?

 Axe 2 — Conflit et (dés)ordre

Comment le conflit remet-il en cause un ordre social, territorial, politique, économique,  artistique etc. ? Comment réagissent les groupes sociaux pris dans les conflits (processus de socialisation, création de solidarités, d’antagonismes) ? Comment les conflits sont-ils représentés et/ou instrumentalisés ? Comment le conflit est-il institutionnalisé ? Dans quelle mesure certains conflits s’affranchissent-ils au contraire des normes établies ? En quoi le conflit est-il un outil de régulation de la société ? 

Axe 3 — Conflit et remise en ordre

Quels sont les modes de résolution des conflits (compromis, médiation, négociation, soumission, violence…) et leurs limites ?  Comment se recomposent les rapports de domination suite à la résolution des conflits ?  Comment le conflit crée-t-il de nouvelles normes ?  Quelles stratégies mettre en place pour prévenir, perpétuer ou fuir le conflit ?  Quelles postérités pour les conflits (mémoire, transmission) ?

 

Ces thématiques pourront être abordées à l’aide d’études de cas et de travaux empiriques issus de diverses disciplines (géographie, histoire, histoire de l’art et archéologie, sociologie, anthropologie, philosophie, langues et littérature, musicologie, psychologie, sciences juridiques, science politique…). Les communications feront apparaître explicitement les spécificités épistémologiques des sujets qu’elles abordent. 

Les propositions des doctorant·e·s ou des jeunes docteur·e·s devront être envoyées avant le 28 mars 2021 à l’adresse : jeunes.chercheurs.telemme@mmsh.univ-aix.fr. Elles comporteront un titre, un résumé de la communication projetée (500 mots environ) ainsi qu’une brève présentation de l’auteur·e (nom, situation, unité de rattachement). 

Si les conditions sanitaires le permettent, la journée d’étude se tiendra le 12 mai 2021 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 5 rue du château de l’horloge, 13094 Aix-en-Provence. Les frais de transport et d’hébergement restent à la charge des participant·e·s ou de leur institution de rattachement. Le cas échéant, la rencontre pourra être organisée en visioconférence. 

 

COMITÉ D’ORGANISATION : 

Dylan BECCARIA, doctorant en histoire moderne 

Charlotte BLANCO, doctorante en géographie

Camille CAPAROS, doctorante en histoire moderne

Béatrice HERMITTE, doctorante en histoire de l’art contemporain

Florie IMBERT-PELLISSIER, doctorante en histoire moderne

Mélina JOYEUX, doctorante en histoire contemporaine 

Pablo PEREZ, doctorant en histoire moderne 

Sascha PERROUX, doctorante en géographie

Tristan PORTIER, doctorant en histoire contemporaine 

Julie RATEAU-HOLBACH, doctorante en histoire de l’art contemporain 

Marguerite VALCIN, doctorante en géographie

Journée d’étude « Acteur(s) et actrice(s) en sciences humaines et sociales », organisée par les Jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe, mercredi 25 novembre (9h-17h), ZOOM

L’équipe des Jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe vous propose d’assister à sa journée d’étude qui aura lieu en ligne, le mercredi 25 novembre 2020, de 9h à 17h. Vous trouverez ci-dessous les liens grâce auxquels suivre les communications et débats :

Lien pour les sessions du matin (9h-12h30) : https://univ-amu-fr.zoom.us/j/94185350927?pwd=TnJYZVdTcG9IUFBtQmdvTVV0cTFBUT09

Lien pour les sessions de l’après-midi (14h-17h30) : https://univ-amu-fr.zoom.us/j/98656592722?pwd=RzQrVkJTcmJhdENoNWRzREtQc3JQdz09

Retrouvez le programme complet sur leur carnet hypothèses : https://jjctelemme.hypotheses.org

Séminaire du groupe Façons d’être : corps, émotion, récit de soi. Séance du 4 novembre 2020, « La mise en spectacle des corps »

Bibliographie indicative

Généralités :

Pascale Goetschel (dir.), Le spectaculaire contemporain, Sociétés & Représentations, 2011/1, n° 31 (voir notamment introduction, p 9 à 15), consultable en ligne.

Pascale Goetschel et Jean-Claude Yon, « L’histoire du spectacle vivant : un nouveau champ pour l’histoire culturelle ? » dans Laurent Martin et Sylvain Venayre [dir.], L’Histoire culturelle du contemporain, Paris, Nouveau Monde, 2005, pp. 193-220.

Magali Sizorn, Betty Lefevre, Transformation des Arts du cirque et identités de genre, dans Staps, 2003/2, n° 61, p. 11-24.

 

Ouvrages spécifiques :

Vanessa R. Schwartz, Spectacular Realities : Early Mass-Culture in Fin-de-Siècle Paris, Berkeley, University of California Press, 1999.

Jean-Claude Yon, Les Spectacles sous le Second Empire, Paris, A. Colin, 2010.

 Isabelle Moindrot, Le Spectaculaire dans les arts de la scène. Du romantisme à la Belle Époque, Paris, CNRS Éditions, coll. « Arts du spectacle », 2006.

Jeanne Moisand, Scènes capitales, Madrid, Barcelone et le monde théâtral fin de siècle, Madrid, Editions de la Casa de Velázquez, 2013.

Christine Hamon-Siréjols, André Gardies (dir.), Le spectaculaire, Lyon, Ed Alea, 1997.

Natalie Petiteau, Les bâtisseurs de l’éphémère. Histoire de la compagnie Alexis Gruss, des origines à nos jours, Nîmes, Print Team, 2018.

Programme séminaire 2020/2021

Séminaire du 4 novembre, 9h30-12h, Salle DUBY MMSH : LA MISE EN SPECTACLE DES CORPS

Natalie Petiteau, Laboratoire Culture et Communication EA 7542, Université d’Avignon. (en visio conférence)

Les corps sublimés de «l’Opéra de l’œil »

Béatrice Hermitte, Doctorante, UMR TELEMMe

Corps dévoyés, corps fragmentés, corps suppliciés. Quelques réflexions autour de la collection anatomique du musée Spitzner.

 

Séminaire du 9 décembre 2020, Journée Jeunes Chercheurs

 Marie Walin, Doctorante Université Toulouse Jean Jaurès/Université Clermont Auvergne

« Femmes passives et hommes performants. Les écrits médicaux sur l’impuissance sexuelle dans la deuxième moitié du XIXe siècle en Espagne et le renforcement de la binarité de genre ».

Emmanuelle Reimbold, doctorante, IHMC, Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

« La valeur sociale des revendications portées par les victimes de la Première Guerre mondiale : distinctions et hiérarchie implicite (1918-1930). »

 

Séminaire du 20 janvier 2021, Corps sains, corps au travail

Nicolas Moucheront, Doctorant, EHESS-Université Ca Foscoro Venise

Laetitia Levantis, Docteure en histoire de l’art, UMR TELEMMe

Des canaux au Lido : l’évolution du thermalisme et des pratiques balnéaires dans la Venise du XIXe siècle.

 

Séminaire du 31 mars 2021, 10h-12h

Françoise Waquet (directrice de recherches au CNRS) :

« Les deux corps du savant (XVIIe-XXIe s.)

 

Séminaire du 5 mai 2021, Femmes et récit de soi

Huguette Krief , AMU

 Mathilde Cholet, Docteure en histoire.

 

Séminaire du 4 novembre 2020, « La mise en spectacle des corps », 9h30-12h, en distanciel (ZOOM)

Le confinement nous oblige à organiser le séminaire du 4 novembre en distanciel.

Voici le lien ZOOM qui vous permettra de rejoindre le séminaire à partir de 9h30 mercredi : https://univ-amu-fr.zoom.us/j/95362044117?pwd=dDI2dDJkYlBXNmRVeVBUNnNWdittdz09

ID de la réunion : 953 6204 4117

Prenez soin de vous,

L’équipe de Façons d’être

Séminaire du 14 octobre, « Anthropologie de la colère au XVIIe siècle », 10h-12h, salle PAF, MMSH, Aix-en-Provence

Le groupe Façons d’être est heureux de vous retrouver pour le premier séminaire de la saison 2020/2021. Nous aurons le plaisir d’écouter Justine Le Floc’h. 

Programme : 

Présentation du programme de l’année 2020-2021

D. Boquet, I. Luciani, I. Renaudet AMU-TELEMMe

« La colère à l’époque moderne : une contribution à l’histoire des émotions »

Justine Le Floc’h, Docteure en littérature et civilisation françaises (CELLF, Sorbonne Université)

« Définie comme un désir de vengeance après une offense et caractérisée par l’ardeur et l’inflammation du sang qu’elle provoque, la colère est une passion bien identifiée au XVIIe siècle. Sous la forme de la bile, de l’ire ou du ressentiment, elle se glisse aussi bien dans les discours médicaux que dans les discours théologiques, philosophiques ou juridiques. Qu’est-ce que cette littérature savante peut encore nous apprendre des affects ? »

CORMED : École de recherche sur le genre

Le groupe Façons d’être relaie l’appel à participation de l’Ecole de recherche CORMED :

2020 marque le lancement de la première des 4 éditions de l’Ecole de recherche CORMED. Format envisagé: 

Cette première édition est composée de 3 journées de rencontres-formation multisituées organisées dans trois pays partenaires : France, Tunisie, Turquie. Chaque journée de rencontre-formation comptera des sessions communes numériques organisées alternativement par un des pays (France, Tunisie, Turquie) et des ateliers de 2 heures organisés dans les différents sites des partenaires. Ces ateliers seront animés par un-e chercheur confirmé.e sur la problématique.

Des liens avec les fonds du MUCEM (archives visuelles des collections, journée Gefem-Gecris et GenderMed du 12/12/20) pourront être envisagés au cours de chaque atelier afin d’initier ensemble une réflexion sur l’archive et la culture matérielle dans ce champ. Chaque atelier sera suivi d’un débat avec des artistes, responsables d’associations et/ou militants et activistes sous forme d’échange avec le public.

Public concerné : Etudiant.e.s en master, doctorant.e.s et post-doctorant.e.s

https://cormed.sciencesconf.org

Agenda des séminaires du groupe Façons d’être 2020-2021

Chères et chers membres du groupe,

 

Après une année particulièrement éprouvante qui nous a obligés à suspendre nos activités de recherche, nous vous souhaitons à toutes et tous d’excellentes vacances. Nous espérons pouvoir renouer avec notre mode de fonctionnement habituel à la rentrée et avoir le plaisir de nous retrouver pour échanger autour de nos recherches et de celles de nos invités.

Nous avons anticipé sur cet avenir incertain en établissant le planning des séances pour l’année 2020-2021, séances qui correspondront uniquement à des séminaires. Ces séminaires auront lieu le mercredi matin, de 9h30 à 12h, sauf exception.

Le programme complet vous sera communiqué à la rentrée, mais d’ores et déjà, veuillez réserver dans vos agendas les dates suivantes :

14 octobre 2020

4 novembre

9 décembre

20 janvier 2021

31 mars

5 mai

 

Bel été à toutes et tous et au plaisir de vous retrouver,

Bien amicalement

Isabelle Renaudet, Isabelle Luciani, Damien Boquet

Annulation du séminaire du 27 mai 2020

La libération. Enfin libres, 157 Fi 37
(ADBR, http://www.archives13.fr/galerie/galerie/images/33/page:1)

Cher·e·s lecteurs·rices, 

Après de longues semaines de confinement, le groupe Façons d’être espère vous trouver toutes et tous en bonne santé. Le déconfinement qui a été décrété ne marque pas, hélas, la reprise de nos activités scientifiques. Si la MMSH a rouvert ses portes, les manifestations (séminaires et autres) restent suspendues en effet jusqu’à nouvel ordre. Nous ne serons donc pas en mesure de maintenir le séminaire du groupe prévu le 27 mai prochain, qui devait être le dernier de l’année. Nous regrettons de ne pas avoir le plaisir de vous retrouver et d’échanger à cette occasion, car il nous tarde comme à vous sans doute, de renouer le dialogue et le lien social. 

Nous espérons que nous pourrons reprendre nos activités en septembre. Si ce n’est pas le cas, il nous faudra inventer de nouveaux moyens pour continuer à faire vivre le groupe et continuer à animer la recherche au sein de notre équipe. 

Nous vous souhaitons le meilleur pour les mois à venir et nous avons hâte de vous retrouver, 

L’équipe Façons d’être