Cher·e·s lecteurs·rices,

Ce carnet Hypothèses est dédié à l’actualité du séminaire du groupe de recherche « Façons d’être : corps, émotions, récits de soi » rattaché au laboratoire TELEMMe (MMSH). Coordonné par Damien Boquet, Isabelle Luciani et Isabelle Renaudet, ce groupe organise un séminaire mensuel qui a lieu le mercredi matin à la MMSH.

 Vous y trouverez l’agenda des prochains séminaires et des manifestations scientifiques, les publications des membres du groupe, des articles liés à des travaux en cours ainsi que des annonces de soutenances de thèses et HDR et de publications récentes pouvant entrer dans les champs d’études du groupe Façons d’être.

Tous ses membres vous souhaitent une belle lecture et espèrent vous rencontrer lors des activités de l’année 2020.

Journée d’étude « Acteur(s) et actrice(s) en sciences humaines et sociales », organisée par les Jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe, mercredi 25 novembre (9h-17h), ZOOM

L’équipe des Jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe vous propose d’assister à sa journée d’étude qui aura lieu en ligne, le mercredi 25 novembre 2020, de 9h à 17h. Vous trouverez ci-dessous les liens grâce auxquels suivre les communications et débats :

Lien pour les sessions du matin (9h-12h30) : https://univ-amu-fr.zoom.us/j/94185350927?pwd=TnJYZVdTcG9IUFBtQmdvTVV0cTFBUT09

Lien pour les sessions de l’après-midi (14h-17h30) : https://univ-amu-fr.zoom.us/j/98656592722?pwd=RzQrVkJTcmJhdENoNWRzREtQc3JQdz09

Retrouvez le programme complet sur leur carnet hypothèses : https://jjctelemme.hypotheses.org

Séminaire du groupe Façons d’être : corps, émotion, récit de soi. Séance du 4 novembre 2020, « La mise en spectacle des corps »

Bibliographie indicative

Généralités :

Pascale Goetschel (dir.), Le spectaculaire contemporain, Sociétés & Représentations, 2011/1, n° 31 (voir notamment introduction, p 9 à 15), consultable en ligne.

Pascale Goetschel et Jean-Claude Yon, « L’histoire du spectacle vivant : un nouveau champ pour l’histoire culturelle ? » dans Laurent Martin et Sylvain Venayre [dir.], L’Histoire culturelle du contemporain, Paris, Nouveau Monde, 2005, pp. 193-220.

Magali Sizorn, Betty Lefevre, Transformation des Arts du cirque et identités de genre, dans Staps, 2003/2, n° 61, p. 11-24.

 

Ouvrages spécifiques :

Vanessa R. Schwartz, Spectacular Realities : Early Mass-Culture in Fin-de-Siècle Paris, Berkeley, University of California Press, 1999.

Jean-Claude Yon, Les Spectacles sous le Second Empire, Paris, A. Colin, 2010.

 Isabelle Moindrot, Le Spectaculaire dans les arts de la scène. Du romantisme à la Belle Époque, Paris, CNRS Éditions, coll. « Arts du spectacle », 2006.

Jeanne Moisand, Scènes capitales, Madrid, Barcelone et le monde théâtral fin de siècle, Madrid, Editions de la Casa de Velázquez, 2013.

Christine Hamon-Siréjols, André Gardies (dir.), Le spectaculaire, Lyon, Ed Alea, 1997.

Natalie Petiteau, Les bâtisseurs de l’éphémère. Histoire de la compagnie Alexis Gruss, des origines à nos jours, Nîmes, Print Team, 2018.

Programme séminaire 2020/2021

Séminaire du 4 novembre, 9h30-12h, Salle DUBY MMSH : LA MISE EN SPECTACLE DES CORPS

Natalie Petiteau, Laboratoire Culture et Communication EA 7542, Université d’Avignon. (en visio conférence)

Les corps sublimés de «l’Opéra de l’œil »

Béatrice Hermitte, Doctorante, UMR TELEMMe

Corps dévoyés, corps fragmentés, corps suppliciés. Quelques réflexions autour de la collection anatomique du musée Spitzner.

 

Séminaire du 9 décembre 2020, Journée Jeunes Chercheurs

 Marie Walin, Doctorante Université Toulouse Jean Jaurès/Université Clermont Auvergne

« Femmes passives et hommes performants. Les écrits médicaux sur l’impuissance sexuelle dans la deuxième moitié du XIXe siècle en Espagne et le renforcement de la binarité de genre ».

Emmanuelle Reimbold, doctorante, IHMC, Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

« La valeur sociale des revendications portées par les victimes de la Première Guerre mondiale : distinctions et hiérarchie implicite (1918-1930). »

 

Séminaire du 20 janvier 2021, Corps sains, corps au travail

Nicolas Moucheront, Doctorant, EHESS-Université Ca Foscoro Venise

Laetitia Levantis, Docteure en histoire de l’art, UMR TELEMMe

Des canaux au Lido : l’évolution du thermalisme et des pratiques balnéaires dans la Venise du XIXe siècle.

 

Séminaire du 31 mars 2021, 10h-12h

Françoise Waquet (directrice de recherches au CNRS) :

« Les deux corps du savant (XVIIe-XXIe s.)

 

Séminaire du 5 mai 2021, Femmes et récit de soi

Huguette Krief , AMU

 Mathilde Cholet, Docteure en histoire.

 

Séminaire du 4 novembre 2020, « La mise en spectacle des corps », 9h30-12h, en distanciel (ZOOM)

Le confinement nous oblige à organiser le séminaire du 4 novembre en distanciel.

Voici le lien ZOOM qui vous permettra de rejoindre le séminaire à partir de 9h30 mercredi : https://univ-amu-fr.zoom.us/j/95362044117?pwd=dDI2dDJkYlBXNmRVeVBUNnNWdittdz09

ID de la réunion : 953 6204 4117

Prenez soin de vous,

L’équipe de Façons d’être

Séminaire du 14 octobre, « Anthropologie de la colère au XVIIe siècle », 10h-12h, salle PAF, MMSH, Aix-en-Provence

Le groupe Façons d’être est heureux de vous retrouver pour le premier séminaire de la saison 2020/2021. Nous aurons le plaisir d’écouter Justine Le Floc’h. 

Programme : 

Présentation du programme de l’année 2020-2021

D. Boquet, I. Luciani, I. Renaudet AMU-TELEMMe

« La colère à l’époque moderne : une contribution à l’histoire des émotions »

Justine Le Floc’h, Docteure en littérature et civilisation françaises (CELLF, Sorbonne Université)

« Définie comme un désir de vengeance après une offense et caractérisée par l’ardeur et l’inflammation du sang qu’elle provoque, la colère est une passion bien identifiée au XVIIe siècle. Sous la forme de la bile, de l’ire ou du ressentiment, elle se glisse aussi bien dans les discours médicaux que dans les discours théologiques, philosophiques ou juridiques. Qu’est-ce que cette littérature savante peut encore nous apprendre des affects ? »

CORMED : École de recherche sur le genre

Le groupe Façons d’être relaie l’appel à participation de l’Ecole de recherche CORMED :

2020 marque le lancement de la première des 4 éditions de l’Ecole de recherche CORMED. Format envisagé: 

Cette première édition est composée de 3 journées de rencontres-formation multisituées organisées dans trois pays partenaires : France, Tunisie, Turquie. Chaque journée de rencontre-formation comptera des sessions communes numériques organisées alternativement par un des pays (France, Tunisie, Turquie) et des ateliers de 2 heures organisés dans les différents sites des partenaires. Ces ateliers seront animés par un-e chercheur confirmé.e sur la problématique.

Des liens avec les fonds du MUCEM (archives visuelles des collections, journée Gefem-Gecris et GenderMed du 12/12/20) pourront être envisagés au cours de chaque atelier afin d’initier ensemble une réflexion sur l’archive et la culture matérielle dans ce champ. Chaque atelier sera suivi d’un débat avec des artistes, responsables d’associations et/ou militants et activistes sous forme d’échange avec le public.

Public concerné : Etudiant.e.s en master, doctorant.e.s et post-doctorant.e.s

https://cormed.sciencesconf.org

Agenda des séminaires du groupe Façons d’être 2020-2021

Chères et chers membres du groupe,

 

Après une année particulièrement éprouvante qui nous a obligés à suspendre nos activités de recherche, nous vous souhaitons à toutes et tous d’excellentes vacances. Nous espérons pouvoir renouer avec notre mode de fonctionnement habituel à la rentrée et avoir le plaisir de nous retrouver pour échanger autour de nos recherches et de celles de nos invités.

Nous avons anticipé sur cet avenir incertain en établissant le planning des séances pour l’année 2020-2021, séances qui correspondront uniquement à des séminaires. Ces séminaires auront lieu le mercredi matin, de 9h30 à 12h, sauf exception.

Le programme complet vous sera communiqué à la rentrée, mais d’ores et déjà, veuillez réserver dans vos agendas les dates suivantes :

14 octobre 2020

4 novembre

9 décembre

20 janvier 2021

31 mars

5 mai

 

Bel été à toutes et tous et au plaisir de vous retrouver,

Bien amicalement

Isabelle Renaudet, Isabelle Luciani, Damien Boquet

Annulation du séminaire du 27 mai 2020

La libération. Enfin libres, 157 Fi 37
(ADBR, http://www.archives13.fr/galerie/galerie/images/33/page:1)

Cher·e·s lecteurs·rices, 

Après de longues semaines de confinement, le groupe Façons d’être espère vous trouver toutes et tous en bonne santé. Le déconfinement qui a été décrété ne marque pas, hélas, la reprise de nos activités scientifiques. Si la MMSH a rouvert ses portes, les manifestations (séminaires et autres) restent suspendues en effet jusqu’à nouvel ordre. Nous ne serons donc pas en mesure de maintenir le séminaire du groupe prévu le 27 mai prochain, qui devait être le dernier de l’année. Nous regrettons de ne pas avoir le plaisir de vous retrouver et d’échanger à cette occasion, car il nous tarde comme à vous sans doute, de renouer le dialogue et le lien social. 

Nous espérons que nous pourrons reprendre nos activités en septembre. Si ce n’est pas le cas, il nous faudra inventer de nouveaux moyens pour continuer à faire vivre le groupe et continuer à animer la recherche au sein de notre équipe. 

Nous vous souhaitons le meilleur pour les mois à venir et nous avons hâte de vous retrouver, 

L’équipe Façons d’être

 

Coronavirus : annulation séminaire du 18 mars

Chères et chers membres du groupe, amies et amis

En raison de la situation sanitaire et des mesures de fermeture des sites de l’université, nous sommes au regret de vous annoncer l’annulation du séminaire du groupe Façons d’être le mercredi 18 mars prochain. Notre prochaine manifestation devrait avoir lieu le 27 mai. Nous vous communiquerons le programme de ce séminaire ultérieurement.

Bien cordialement

Les responsables du groupe

Parution de Trouble dans la maternité. Pour une histoire des folies puerpérales XVIIIe-XXe siècles, de Francesca Arena, aux Presses Universitaires de Provence

Retrouvez ci-dessous la table des matières de l’ouvrage de Francesca Arena, issu de son travail de thèse. 

Présentation de l’ouvrage par l’auteur : 

Ce livre, issu de mon travail de thèse, propose – pour la première fois – une histoire sur la longue durée des « folies puerpérales »  (aujourd’hui dépressions périnatales). Ces dernières frapperaient un nombre important de femmes comme en attestent les manuels de psychiatrie, de pédopsychiatrie et d’obstétrique, ainsi que la pratique clinique des médecins et des psychiatres, psychologues et psychanalystes. Les dépressions périnatales sont aussi au centre de politiques de prévention de santé, au regard notamment du risque accru d’infanticide. Dispositifs biomédicaux d’accompagnement à la maternité, ils prennent au regard de l’histoire une dimension critique, relevant à quel point on a naturalisé la parentalité. 
À travers une analyse fine de sources d’archives (dossiers médicaux des malades) et de sources médicales, cet ouvrage permet de combler une lacune historiographique et offre des éléments d’analyse importants pour sortir la maternité d’une histoire positive. À partir d’une perspective de genre, ce livre se situe dans une histoire de la santé et sera de grande utilité non seulement pour les historiennes et historiens mais aussi pour les professionnelles et professionnels de la santé et les nouveaux parents.
 
 

 

tdm_TROUBLEMARTERNITE

Appel à contribution pour le numéro 23 de la Revue d’Histoire de l’enfance irrégulière (2021)

L’enfant et l’asile (XIXe-XXe siècles)

Appel à articles dans le cadre du numéro 23 de la Revue d’Histoire de l’Enfance Irrégulière

Sous la direction de Jean Christophe Coffin (Centre Alexandre-Koyré, CNRS) et d’Anatole Le Bras (Centre d’histoire de Sciences Po, Sciences Po)

 

L’enfant dans un asile ? Quelque drôle d’idée ! Encore ces aliénistes avec leur manie d’enfermer ? Peut-être ; toujours est-il qu’à la fin du XIXe siècle le choix de placer l’enfant dans une institution fermée n’est guère vu comme un choix aisé ; tout au plus une nécessité. Tout d’abord, c’est le placer faute de mieux parmi les adultes, ce qui est bien risqué. Ce type de placement ne peut être une solution d’avenir, tout au plus une réponse transitoire. Certes il y a des enfants qui doivent être placés dans des institutions ; l’enfant idiot, « dégénéré par excellence », est de ceux-là. Mais l’asile pour aliénés est-il le meilleur lieu ? Au fur et à mesure que quelques aliénistes tel Paul Moreau de Tours (1844-1908) s’autorisent à aborder ce que le cœur des hommes refuse, la pathologie mentale chez l’enfant, force est de constater que l’idée chemine.

Après la Première Guerre mondiale, l’idée n’est plus contestée bien qu’elle ne soit pas encore pleinement entérinée. L’irrégularité de l’enfant n’est pas tout à fait la folie de l’enfant. Il n’en demeure pas moins que certains n’hésitent pas à envisager la psychose tandis que d’autres proposent comme le psychiatre Sancte de Sanctis (1862-1935) une nouvelle entité, la « démence précocissime ». Chaque décennie vient apporter son lot de preuves et le langage de la pathologie mentale de l’adulte inspire celui utilisé pour l’enfant comme en témoignent l’usage de « psychose infantile » et de « schizophrénie infantile » qui se répandent dans les années 1950.

Au fur et à mesure que des catégories émergent ici et là, la question de la prise en charge de ces enfants semble toujours plus complexe. Les professionnels discutent, hésitent, fabriquent des solutions sans qu’apparaissent véritablement des consensus très nets. Placer l’enfant dans l’institution bien sûr mais de quel type : fermée ou ouverte ? Loin de la famille ou avec elle ? Car après tout celle-ci n’a-t-elle pas un rôle dans certaines troubles affectant l’enfant ? Doit-on façonner une réponse exclusivement médicale ou bien ne doit-on pas penser aussi une prise en charge dans laquelle le pédagogique serait inclus ? Nombre de ces interrogations demeurent d’actualité.

 

Ce numéro de la RHEI invite à relire l’histoire des institutions psychiatriques au prisme de l’enfance. Il s’agit d’étudier la place des enfants dans l’asile puis l’hôpital psychiatrique au cours des XIXe et XXe siècle. Cela suppose de comprendre, aussi, pourquoi l’asile a pu constituer un repoussoir, un anti-modèle qui a déterminé de nombreux acteurs du champ de l’enfance à soustraire les enfants à son emprise, sur fond de concurrence professionnelle entre psychiatres, psychologues, pédagogues spécialisés… On peut penser qu’en retour, la question de l’enfance a joué un rôle de catalyseur dans les transformations de l’institution psychiatrique, qui a connu de profonds bouleversements au cours du XXe siècle.

Les contributions peuvent donc porter à la fois sur des institutions psychiatriques et sur des institutions qui se pensent comme une alternative ou un complément à l’internement psychiatrique des enfants. Afin d’orienter les contributeurs et contributrices de ce dossier, nous proposons les quatre axes de réflexion suivants, qui n’ont rien d’exclusif :

 

·       Penser la folie infantile

La folie de l’enfant est-elle pensable ? Au-delà d’une histoire internaliste des savoirs psychiatriques, quels facteurs historiques et sociaux ont rendu possible l’émergence de cette notion ? Comment, au cours du XXe siècle, l’interaction entre les catégories de la maladie et du handicap a-t-elle façonné des réponses institutionnelles différentes ? 

·       Prendre en charge les enfants

L’étude des quartiers pour enfants et des premières institutions spécialisées dès la fin du XIXe siècle est souhaitée car celles-ci constituent des mondes asilaires distincts et encore méconnus. Parallèlement il faut s’interroger sur la place réservée à l’asile quand on sait que d’autres modes d’intervention (pédagogique, judiciaire, assistanciel) caractérisent le champ de l’enfance « irrégulière » et « anormale ».

·       Parcours biographiques et expériences enfantines de la psychiatrie

Quels enfants sont placés dans les institutions psychiatriques au cours des XIXe et XXe siècles ? La question du genre est ici déterminante car on peut supposer que l’internement n’a pas touché les filles et les garçons de la même manière. Que révèle l’étude des parcours biographiques de ces jeunes patients ? La question de la sortie d’institution semble ici particulièrement cruciale. Au cours des XIXe et XXe siècles, y a-t-il une expérience proprement enfantine de la psychiatrie ? Cet aspect met en jeu la question du témoignage et de l’accès à la parole. L’approche d’une histoire par le bas ou du point de vue du patient ne se heurte-t-elle pas à ses limites dans le champ de l’enfance ?

·       Perspective internationale et transnationale

Ce numéro invite à réfléchir aux différences internationales dans les modes de prise en charge et aux dynamiques transnationales de la construction des savoirs psychiatriques sur l’enfance.  Les questions posées et débattues ne sont pas propres à un seul pays, comme le montrent aussi bien les interventions lors du congrès international de psychiatrie infantile de 1937 que les rencontres internationales qui se tiendront dans l’après-Seconde Guerre mondiale ou sous l’égide de l’OMS dans les années 1960.

 

Les travaux portant sur le XXe siècle étant plus limités, nous avons à cœur de les encourager. Enfin, si les études historiques sont naturellement attendues, nous ne considérons pas que le sujet de ce numéro puisse être organisé sans l’apport de travaux venant d’autres disciplines des humanités et des sciences sociales.

 

Calendrier

Les propositions (une page, en français ou en anglais) doivent être envoyées à jean-christophe.coffin@cnrs.fr et anatole.lebras@sciencespo.fr pour le 23 mars 2020. N’oubliez pas d’indiquer votre affiliation et vos informations de contact.

Sélection des propositions : avril 2020

Publication : 2021