Cher·e·s lecteurs·rices,

Ce carnet Hypothèses est dédié à l’actualité du séminaire du groupe de recherche « Façons d’être : corps, émotions, récits de soi » rattaché au laboratoire TELEMMe (MMSH). Coordonné par Damien Boquet, Isabelle Luciani et Isabelle Renaudet, ce groupe organise un séminaire mensuel qui a lieu le mercredi matin à la MMSH.

 Vous y trouverez l’agenda des prochains séminaires et des manifestations scientifiques, les publications des membres du groupe, des articles liés à des travaux en cours ainsi que des annonces de soutenances de thèses et HDR et de publications récentes pouvant entrer dans les champs d’études du groupe Façons d’être.

Tous ses membres vous souhaitent une belle lecture et espèrent vous rencontrer lors des activités de l’année 2020.

Appel à communications – Colloque de la Société de Démographie Historique 4 et 5 Novembre 2021 Campus Condorcet : « Entre l’enfance et l’entrée en vie adulte. Normes et pratiques dans les sociétés médiévales, modernes et contemporaines »

La période qui s’étend entre la fin de l’enfance et l’entrée dans la vie adulte recouvre des réalités et des expériences diverses selon les périodes, les régions et les groupes sociaux. Cette plasticité explique la difficulté à la saisir dans ses dimensions les plus diverses. Aussi, même si quelques travaux s’y sont penchés dans une perspective globale ou plus ciblée, le terrain reste largement à défricher pour comprendre les évolutions de ses configurations dans différents espaces sociaux, historiques et géographiques.

La Société de démographie historique a décidé de consacrer un colloque à cette période si particulière en l’ouvrant à plusieurs disciplines et périodes. Trois fils rouges ont été définis qui fournissent autant de pistes possibles, sans pour autant que ce cadre entende contraindre les propositions.

1/ Nommer et contrôler

Il est bien difficile de nommer cette période de la vie qui s’étend de la fin de l’enfance jusqu’à l’entrée dans la vie adulte. La question du vocabulaire employé qui varie selon les périodes et les lieux et selon les chercheurs ou les disciplines mérite d’être posée. Pouvons-nous parler de «jeunes», de «grands enfants», d’«adolescents», de « teenagers » et dans quels contextes ?

Quels critères individuels (qualités, compétences) sont décisifs, selon les sociétés, pour qu’un individu soit classé dans ces catégories d’âge ? Sur la base de quels savoirs, quels discours, quelles légitimations ?

L’appartenance à ces catégories d’âge intermédiaire entraîne des droits et devoirs nouveaux pour les individus concernés. Des codes, des normes de comportements sont imposés à plusieurs niveaux par des institutions qui constituent autant de règles avec lesquelles les « adolescents » des deux sexes doivent composer. Quels sont-ils ?

2 / Franchir les seuils et s’affranchir des codes

Pour autant, ces règles ne sont pas figées une fois pour toutes et il apparaît opportun de repérer la manière dont les jeunes s’en affranchissent. Les seuils sont ici polysémiques : qu’il s’agisse de franchir les étapes de la vie, d’accélérer le passage à l’âge adulte ou de le freiner ; qu’il s’agisse aussi de s’affranchir des cadres familiaux et sociaux pour franchir des frontières ; ou encore qu’il s’agisse de gagner son autonomie par des stratégies individuelles ou collectives. Quels facteurs favorisent cette agentivité des jeunes gens et jeunes filles, cette capacité à s’affranchir des codes sociaux et des règlesimposées ? Quel est l’impact de cette remise en question sur leur position sociale ? Il convient de réfléchir aux conditions du passage d’une situation donnée vers une autre. Étant donné qu’ils et elles sont aussi acteurs de ce passage, cela amène à revoir les règles qui leur sont imposées. C’est donc l’affranchissement des cadres sociaux tels qu’ils sont construits pour contrôler cette période de la vie qui sera l’objet de questionnement

3 / Composer avec les imprévus et les ruptures

Les cadres avec lesquels le jeune doit composer sont aussi susceptibles de basculer en fonction d’événements extérieurs qui « perturbent » sa trajectoire attendue. On pense au décès des parents, aux problèmes familiaux, à la précarité économique, aux épidémies, guerres et conflits qui peuvent survenir ; le changement des conditions de vie bouscule « l’ordre des choses ». Dans cette section, c’est moins l’individu acteur de sa trajectoire que la manière dont il ou elle est contraint de faire face à des événements perturbateurs qui méritera d’être observée. Quelles sont les conséquences de ces ruptures sur les parcours de vie adolescents, quelles ressources parviennent-ils/elles ou non à mobiliser pour faire face à ces imprévus ?

Calendrier et modalités pratiques

Les propositions de communications (titre, résumé d’une page maximum, bref CV) devront parvenir en français, ou en anglais, en italien, en espagnol aux organisateurs avant le 13 juin 2021 à l’adresse : colloqueSDH2021@gmail.com

Elles seront examinées et évaluées par les organisateurs du colloque, faisant fonction de comité scientifique. La sélection des communications sera indiquée aux proposants avant la fin mai 2021.

Les communications pendant le colloque pourront se faire en français, anglais, italien, espagnol et devront être accompagnées d’un powerpoint dans une autre langue pour une meilleure compréhension générale.

Institutions mobilisées

Société de Démographie Historique, Institut de Démographie de l’Université de Paris (IDUP / Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Centre Roland Mounier (Sorbonne Université)

Comité d’organisation et comité scientifique

Virginie De Luca Barrusse, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne Richard Marcoux, Université Laval (Québec)
Anne-Françoise Praz, Université de Fribourg (Suisse)
Isabelle Robin, Sorbonne université

Ilaria Taddei, Université de Grenoble Alpes

Contact : colloqueSDH2021@gmail.com

Séminaire Histoire et anthropologie de la mort, séance du 6 mai 2021, 10h-16h, visioconférence : Cadavres indésirables

Interviendront le matin Maria Teresa Ferreira, archéologue et Anne Carol, historienne ; puis l’après-midi Carolina Kobelinski, anthropologue, et Isabelle Renaudet, historienne & Bruno Bertherat, historien.

Prière de contacter Isabelle Renaudet (isabelle.renaudet@univ-amu.fr) pour obtenir le lien permettant de rejoindre la réunion.

« Regards croisés sur des fléaux épidémiques, 1720-2021 », 28 avril 2021, 9h-17h

Journée d’étude organisée par les associations étudiantes Courant d’art et Archéopterre (AMU) avec le soutien du Musée d’Histoire de Marseille et l’UMR TELEMMe, AMU-CNRS

Programme 

9h Introduction

Isabelle Renaudet, TELEMMe (AMU-CNRS)

Serge Morand, Institut des Sciences de l’Evolution de Montpellier, CNRS

Pour une histoire globale des maladies infectieuses.

Gilbert Buti, TELEMMe (AMU-CNRS)
Se protéger et repousser la contagion en Provence en 1720-1722

Magali Théron, TELEMMe (AMU-CNRS)
Aegros curare. Peindre la peste en Provence à l’époque moderne : du tableau de dévotion à la peinture de bataille 

14h

Anne-Marie Moulin, SPHERE, CNRS

L’aventure de la vaccination

Patrick Zylberman,  EHSP

Un souffle d’apathie : l’Union européenne et la sécurité sanitaire

Association Courant d’art et Archéopterre, AMU

La pandémie de COVID-19 vue par des étudiant.es

Pour recevoir le lien vous permettant d’assister à la Journée d’études, merci de contacter Isabelle Renaudet à son adresse de l’université (AMU).

Genre, femmes et psychédéliques, webinaire, jeudi 22 avril 2021 à partir de 20h30

 

Organisé par Zoë DUBUS (AMU-CNRS/TELEMMe, IHM) 

GeFeM – TELEMMe (AMU-CNRS) en partenariat avec la SOCIÉTE PSYCHÉDÉLIQUE FRANÇAISE

INSCRIPTION : zoe.dubus@univ-amu.fr 

http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/activites/rencontre.aspx?id=1409

En Occident, les femmes ont été largement sous-représentées dans la communauté psychédélique tout comme dans les études scientifiques portant sur cette classe de psychotropes. En effet, les caricatures de l’utilisatrice diffusées dans les médias ou dans les productions artistiques (sur sexualisée, disponible sexuellement) ainsi que l’axe systématiquement sanitaire des études menées sur les consommatrices de psychotropes, rendent particulièrement difficile à repérer et à analyser les usages féminins de psychédéliques. Par ailleurs, les chercheuses et thérapeutes ayant participé à la première vague d’études sur ces produits (1950-1970) ont été invisibilisées par l’historiographie (1,2).

Cette situation mène aujourd’hui à une absence de reconnaissance des apports et des réflexions scientifiques féminines sur ces substances (3), ainsi qu’à une méconnaissance des besoins (4) et des expériences spécifiques des femmes usagères (5). Comme l’explique l’historienne Erika Dyck, « l’histoire des psychédéliques en est venue à privilégier les perspectives masculines », déformant notre compréhension de ces substances.

Faisant le constat de la rareté des travaux ayant pour ambition de questionner les psychédéliques du point de vue du genre ou cherchant à étudier les contributions et les expériences des femmes dans ce domaine, nous souhaitons proposer dans ce webinaire un panel visant à combler ce manque. Nous étudierons ainsi les biais concernant les savoirs académiques en lien avec l’usage féminin de psychotropes, nous mettrons en lumière les rôles historiques et contemporains des femmes dans le champ des psychedelic studies, et nous questionnerons les pratiques genrées liées à l’usage de ces substances. 

  1. Dyck E. What about Mrs Psychedelic? A historical look at women and psychedelics [Internet]. Breaking Convention.Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=T04atyEQqUk&t=112s
  2. Dyck E. Historian Explains How Women Have been Excluded from the Field of Psychedelic Science. Chacruna [Internet]. Disponible sur: https://chacruna.net/historian-explains-how-women-have-been-excluded-from-the-field-of-psychedelic-science/
  3. Mangini M. A Hidden History of Women and Psychedelics. 2019;29(1):14‑7.
  4. Tolbert R. Gender and Psychedelic Medicine: Rebirthing the Archetypes. ReVision. 2003;25(3):4‑11.
  5. Hewitt K. Psychedelic Feminism: A Radical Interpretation of Psychedelic Consciousness? J Study Radicalism. 2019;13(1):75‑120.

 

Programme

Maïa NEFF Université Laval de Québec, Département de sociologie, « Champ et hors-champ de la recherche académique sur les usages de drogues au féminin » 

Sarah PERRIN Centre Émile Durkheim, Université de Bordeaux, « Femmes et psychédéliques : vulnérabilités et ressources de genre » 

Alex DYMOCK Maîtresse de conférences en droit, Goldsmiths, University of London, UK « Psychédéliques et sexualité féminine (VOSTFR) »

Erika DYCK Professeure d’histoire et titulaire de la Chaire de recherche en histoire de la médecine à l’Université de la Saskatchewan au Canada, « Les femmes dans l’histoire médicale des psychédéliques (VOSTFR) » 

Zoë DUBUS AMU-CNRS/TELEMMe, Institut des humanités en médecine, Lausanne,  « L’influence des femmes sur l’élaboration du concept de set and setting dans les années 1950-1970 » 

 

Colloque international « profiles and life trajectories of Women in the dynamics of the alpine Arc (late 17th – first half 19th century) », juin 2021, visioconférence

Retrouvez ci-dessous le programme du colloque international « Profiles and life trajectories of Women in the dynamics of the alpine Arc (late 17th – first half 19th century) » organisé par le Fonds nationale de Suisse, l’Université de Berne et l’Université de Lausanne auquel participe une doctorante du groupe, Camille Caparos (AMU, CNRS, TELEMMe) qui présentera une partie de ses travaux sur les écrits personnels de deux nobles des Alpes provençales (XVIIIe siècle). 

Journée d’étude des Jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe, 12 mai 2021, MMSH (Aix-en-Provence) ou visioconférence

Charles Malbran, Jules Pacher, « La grande querelle du ménage », Images d’épinal de la maison Pellerin, tome 8, Paris, Pellerin, 1865-1874
Contact pour obtenir le lien de connexion : camille.CAPAROS@univ-amu.fr
Programme 

Matinée – 9h-12h15

9h – Ouverture :

Anne Montenach, professeure d’histoire moderne, AMU, Directrice adjointe de l’UMR 7303 TELEMMe, AMU-CNRS

9h15 – Introduction :

Camille Caparos, doctorante en histoire moderne, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe

Mélina Joyeux, doctorante en histoire contemporaine, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe

9h30 – 10h45 : Session 1 — « Tensions, rivalités, conflits »

Modération session 1 : Béatrice Mesini, chercheure en géographie, CNRS, UMR 7303 TELEMMe

Aude-Line Gervais, doctorante en géographie, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe : « Conflit ou rivalité ? Le cas de la concurrence entre établissements publics et privés à Maseille »

Sarah Kerboas, doctorante en anthropologie sociale, Université Toulouse 2 Jean-Jaurés, LISST-CAS : « Le volontourisme au Cambodge, de nouveaux rapports de domination conflictuels ? »

Discussion :

Julie Rateau-Holbach, doctorante en histoire de l’art, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe

Sascha Perroux, doctorante en géographie, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe

10h45-12h30 : Session 2 — « Conflit et désordre »

Modération session 2 : Lucien Faggion, maître de conférences en histoire moderne, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe

Dylan Beccaria, doctorant en histoire moderne, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe, UR 2186 CERHIIP : « “N’ayant heu aultre affaire ny querelle precedante avec ledict deffunct“ : le conflit et son récit dans les affaires de rémission aux XVIe et XVIIe siècles »

Soizic Morin, doctorante en histoire contemporaine, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe : « Des soignantes en conflit au XIXe siècle dans les Bouches-du-Rhône : entre maintien des normes sociales et outil d’émancipation »

Tristan Portier, doctorant en histoire contemporaine, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe : « Déchirements communautaires autour du cimetière séculier : le cas de la paroisse de Bath St Saviour’s (1859-1862) »

Discussion :

Béatrice Hermitte, doctorante en histoire de l’art, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe

Florie Imbert-Pellissier, doctorante en histoire moderne, EHESS, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe

Après-midi 14h-17h

14h-15h15 : Session 3 — « Résoudre le conflit »

Modération session 3 : Anne Cadoret, maître de conférences en géographie et aménagement des territoires, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe

Pablo Perez, doctorant en histoire moderne, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe : « Le conflit dans les rapports sociaux de l’économie d’Ancien Régime : désordres dans la maison Brentano »

Kelly Redouté, doctorante en géographie, EHESS, UMR 8504 Géographie-cités, « La gouvernance rurale à l’épreuve des conflits. L’exemple du conflit foncier de Chocholá (Mexique) »

Discussion :

Rémi Grisal, doctorant en histoire contemporaine, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe

Marguerite Valcin, doctorante en géographie, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe

15h15-17h : Session 4 — « Mémoires et postérité du conflit »

Modération session 4 : Karima Dirèche, chercheure en histoire contemporaine CNRS, UMR 7303 TELEMMe

Lola Jordan, doctorante en histoire contemporaine, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe : « Regards français sur le “conflit“ de 1934 en Asturies »

Lamia Mellal, titulaire d’un Master en histoire contemporaine du monde arabe, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Mémoire des conflits et conflits des mémoires en salle de classe. Analyse comparée entre l’enseignement de la Nakba en Israël et de la guerre d’Algérie en France »

Théo Leschevin, doctorant en sociologie, EHESS-PSL, LIER-FYT : « Sortir de la guerre par la plus grande conscience du conflit : le cas de la conflictualisation et de la pacification de la société nord-irlandaise »

Discussion :

Camille Caparos, doctorante en histoire moderne, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe

Mélina Joyeux, doctorante en histoire contemporaine, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe

17h Conclusion :

Rémi Grisal, doctorant en histoire contemporaine, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe

Marguerite Valcin, doctorante en géographie, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe

Journée d’étude, « La jeune recherche en étude de genre », 15 avril 2021 (9h15-16h), TELEMMe, Gefem/Gecris, visioconférence

La jeune recherche en études de genre

Journée d’étude organisée par Karine Lambert, TELEMMe, Gefem/Gecris

Programme : 

9h45h-10h30 : Camille Caparos ,  « Des Demoiselles“ sans papiers ? Femmes et papiers de famille dans la noblesse de France méridionale (XVIIe-début du XIXe siècles) »
 
Sous l’Ancien Régime, les femmes sont presque exclues du système qui régit la noblesse française. En sortant du lignage de leur père, elles entrent dans celui de leur mari et se trouvent dans un entre-deux qui invisibilise leur place dans leurs familles et dans les archives qui y sont attachées. Une analyse statistique des inventaires des fonds de la noblesse de Provence et de Languedoc, la reconstitution des étapes de conservation de ces derniers, ainsi qu’une étude de divers supports d’écriture (livres de comptes, feuillets volants, correspondances) permet de dessiner un « royaume féminin » (I. Luciani) de l’écrit. Il s’agit finalement de comprendre le rôle des femmes dans l’alimentation, la gestion et la conservation des papiers de familles nobles en France méridionale entre le XVIIe et le début du XIXe siècles.
 Discutants : Nicolas Vidoni, TELEMMe, Valérie Feschet IDEMEC
 
10h30- 11h15 Alessandra Doria, Nous” : sujet collectif féminin et identité de genre pendant la Révolution
 
Dans les textes et les discours de la période révolutionnaire, l’on rencontre pour la première fois le pronom “nous” employé pour designer l’ensemble de femmes et prendre la parole collectivement. Cette contribution propose d’analyser ce fait linguistique au moyen des concepts élaborés par la philosophie sociale (sujet collectif, engagement conjoint, conscience collective) et de présenter l’identité de genre affirmée au nom de toutes en relation au caractère « naturel » du rôle des femmes dans l’enfantement.
Discutants : Jacques Guilhaumou , TELEMMe, GeFeM
 
 
11h15-12h Soizic Morin :  Le rôle des femmes durant les épidémies de choléra dans les Bouches-du-Rhône au XIXe siècle
 
Les épidémies de choléra se succèdent au XIXe siècle. La première en 1817 s’arrête aux portes de la Russie. La France est touchée lors de la seconde épidémie à partir de mars 1832 (Paris). Les Bouches-du-Rhône sont fortement impactées à partir de 1835. Ces épidémies ravivent très fortement les peurs laissées par la peste de 1720. De plus, elles bousculent les solidarités quotidiennes.  Les épidémies, en tant que crise, ont pour conséquence de mettre en exergue le fonctionnement des politiques de santé publique et privée avec ses acteurs et actrices. Lors de cette communication, je vous proposerai d’étudier l’implication des femmes lors de ces épidémies et la reconnaissance sociale qu’elles ont pu en retirer. Nous nous concentrerons sur deux épidémies : l’épidémie de 1835 et celle des années1880. Les modalités d’action des femmes ont évolué, elles sont passées d’une action collective par le biais notamment des communautés religieuses à une action individuelle. Ces mutations sont certes engendrées par des changements politiques (la IIIe République), mais aussi par une prise de conscience de la part des femmes de leur rôle dans la santé.
Discutant :  Marc Calvini- Lefebvre , LERMA, GENDERMED
 
 
 
14h-14h45 Mélina Joyeux : Former des ménagères ou des ouvrières ? Le cas de l’école-ouvroir des Sœurs blanches à Ouaghzen (Algérie coloniale, années 1930-1950)
 
Les œuvres scolaires et parascolaires à destination de jeunes filles kabyles (école ménagère, ouvroir de couture et de tissage, organisation scout féminine), développées dans le village de Ouaghzen depuis les années 1910 par l’ordre catholique des Sœurs blanches, illustrent la place de l’éducation féminine dans le projet colonial missionnaire en Algérie. Combinant, à travers le travail manuel, un enseignement des arts ménagers et une proto-formation professionnelle, ces œuvres témoignent d’une ambivalence entre rhétorique de l’émancipation des femmes par le travail et diffusion de normes et savoir-faire genrés visant avant tout à former de futures « ménagères » sur le modèle occidental. Cette communication interrogera ainsi, à travers le cas de Ouaghzen, la construction d’une certaine conception de la féminité et des rôles sociaux de genre qui se joue dans la « rencontre » coloniale entre femmes missionnaires et femmes colonisées.
Discutantes : Geneviève Dermenjian, Claudine Guiard , TELEMMe, GeFeM
 
 
 
14h45-15-30: Zoë Dubus : Margot Cutner, Joyce Martin et Betty Eisner, Trois pionnières du concept de « set and setting » dans les thérapies psychédéliques
Le concept de « set and setting » est une méthode psychothérapeutique développée dans les années 1950-1960 par des thérapeutes notamment anglo-saxons visant à améliorer la prise en charge des patient·es soumis à des substances psychédéliques (LSD, mescaline, psilocybine) dans le but d’accélerer la psychothérapie. Cette méthode, qui consiste à prendre en compte l’état du sujet, sa préparation à la séance, son bien-être (set) ainsi que le cadre dans lequel aura lieu l’expérience, qui se doit d’être chaleureux et confortable (setting), bouleverse les pratiques psychiatriques de l’époque. Trois femmes, Margot Cutner, Joyce Martin et Betty Eisner, ont eu une influence considérable dans la recherche de ces améliorations à apporter à la thérapie psychédélique. Leur travaux sont pourtant aujourd’hui largement invisibilisés par l’historiographie aux profits de leurs collègues masculins : cette communication soulignera leur contribution à ce concept devenu essentiel pour cette forme de psychothérapie.
discutante :  Aude FAUVEL, Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne
 
 
 
15h30-16H15 Loric Mandrou: Linscription locale de revendications féministes globalisées dans le cadre dun festival artistique rural : le cas du festival Raconte-Arts en Kabylie.
Chaque été, dans les territoires ruraux montagneux de Kabylie, en Algérie, a lieu le festival artistique itinérant Raconte-Arts. Pour les participant.e.s, provenant principalement des métropoles algériennes et de l’étranger, l’art est un instrument au service de la diffusion de revendications féministes globalisées. Le festival devient le support de nouvelles pratiques corporelles subversives et de discours qui remettent en cause la répartition sexuée des tâches et des gestes quotidiens, créant ainsi des spatialités alternatives. L’espace villageois dans lequel il se déroule est ainsi à la fois un espace de contraintes fortement normé, mais également de potentialités pour la production et la circulation de discours féministes, notamment par l’art. »
Discutante : Constance de Gourcy, MESOPOLHIS- GENDERMED

 

Appel à contributions « Médecine des eaux, L’usage médical des eaux minérales (1300-1850)

Argumentaire

Penser la médecine des eaux suppose de se dégager de l’ombre rétrospective de la « fièvre thermale » du second xixe siècle et d’une vision centrée sur l’émergence des loisirs et du tourisme, de la commercialisation et de la consommation. En nous inscrivant dans le renouveau de l’histoire des thérapeutiques et en poursuivant les travaux qui ont montré leur appropriation par les médecins, d’abord en Italie, à la fin du Moyen Âge, nous voudrions replacer les eaux dans le contexte médical de leurs savoirs et de leurs usages. Le statut particulier des eaux, entre médicament et élément du régime de vie, permet d’interroger les dynamiques savantes et pratiques du monde médical.

Dans une perspective de longue durée, nous voudrions réévaluer la chronologie de l’usage médical des eaux minérales et poser les jalons d’une périodisation renouvelée. Notre objectif serait de montrer comment, à des périodes et dans des espaces variés, un certain nombre de questions et de tensions sont mobilisées et reconfigurées.

Les eaux minérales peuvent être lues au prisme des savoirs médicaux : l’efficacité du traitement des eaux, ses causes et son évaluation ; la relation problématique entre la composition de l’eau et son usage thérapeutique ; éventuellement comme remède spécifique de maladies particulières. Elles s’inscrivent aussi dans des considérations d’ordre géographique et économique : l’association des eaux à un lieu et la possibilité de produire et commercialiser des eaux minérales artificielles ; l’articulation entre les espaces médicaux et les espaces de loisirs ou de transgression condamnés par les autorités. Les villes d’eaux sont des lieux de sociabilité entre des groupes professionnels et sociaux divers dont la cohabitation éphémère redéfinit les frontières.

Des eaux qui guérissent

  • Savoirs sur les eaux : La formalisation du savoir sur les eaux implique notamment des recherches sur la composition des eaux et sur leur origine, qui convoquent la philosophie naturelle, la minéralogie, la géologie ou la chimie. Elle mobilise des institutions de nature et d’échelle variées qui capitalisent ces savoirs et les publient. Ces processus font intervenir une diversité d’acteurs (médecins, apothicaires, philosophes de la nature, alchimistes, chimistes…), de genres médicaux et littéraires (traités, catalogues, dictionnaires, guides…).

  • Indications : La prescription, la recommandation ou l’auto-prescription des eaux minérales dans la thérapeutique peuvent être étudiées à plusieurs échelles. Les eaux minérales font figure de « remède spécifique des maladies chroniques » et permettent d’intégrer ces maladies, l’expérience des malades ainsi que leur parcours dans l’histoire de la médecine et de la santé. Par ailleurs, la variété des indications et la spécialisation des eaux et des lieux invitent à penser l’articulation entre composition des eaux et stratégies thérapeutiques et commerciales.

Lieux de rencontre thérapeutique

  • Cohabitation : L’interaction d’acteurs/rices divers·es dans un même lieu, selon une chronologie de plus en plus souvent réglée permet d’envisager la relation thérapeutique et ses intermédiaires d’une manière complexe, alliant aspects médicaux, sociaux et économiques. On pense notamment à la diversité des professions, aux relations entre civils et militaires parmi les malades ou les autorités, ainsi qu’aux articulations entre les échelles locale, nationale ou internationale. À la fréquentation par des populations diverses s’ajoute une économie des réputations fondée sur des récits pluriels.

  • Lieux et espaces : La géographie des eaux peut être interrogée à la fois en termes de répartition et de hiérarchie. On pourra s’intéresser particulièrement aux villes de second ordre. Les aménagements et le développement urbain autour des eaux sont un enjeu important, à la charnière de l’économique et de ce qu’on appellerait aujourd’hui une médecine environnementale. Le développement d’une médecine des eaux dans les espaces coloniaux comporte également des enjeux spécifiques qui pourraient être éclairés.

Les multiples enjeux de la médecine des eaux

  • Économie de la santé : Entre bien commun et objet d’appropriation, comment s’organisent la propriété et la distribution des eaux ? Quelles sont les relations économiques établies autour de la propriété foncière et l’exploitation thérapeutique des eaux ? Comment sont financés les aménagements des villes et des établissements thermaux ? L’accès gratuit aux eaux pour certaines catégories de malades – indigents et populations locales notamment – est un enjeu croissant. La concurrence entre les eaux, dont témoignent les sources primaires et la littérature secondaire, pourrait aussi être interrogée et cartographiée à des échelles variées. Le commerce des eaux en bouteille et le développement des eaux artificielles participent enfin à reconfigurer l’économie des eaux à l’époque moderne.

  • Médecine et croyances – usages concurrents : L’utilisation thérapeutique de l’eau n’est pas le monopole des médecins. L’usage des sources et des fontaines peut faire l’objet de pratiques, traditions ou réappropriations religieuses. Que pourrait nous apprendre une étude croisée des “fontaines miraculeuses” ou holy wells et des petites sources ? La coexistence de pratiques et des discours concurrents autour de ces eaux mériterait d’être explorée.

  • Une médecine environnementale ? : L’étude des eaux minérales peut contribuer à une histoire environnementale de la médecine à la fois dans la mesure où l’eau peut être pensée comme un déterminant environnemental de la santé ou de la maladie mais aussi parce que l’exploitation thérapeutique des eaux et les modalités de leur accès s’intègrent dans les problématiques de l’appropriation ou de la mise en commun des ressources naturelles.

Rouvrir le dossier des eaux minérales nécessite également d’évoquer la question des sources disponibles et d’en établir une typologie et une cartographie. Dans cette perspective, nous invitons particulièrement des contributions dans la rubrique « Sources et documents » destinée à la présentation critique de sources, textuelles ou iconographiques.

Recommandations

Les propositions (5 000 signes environ, références bibliographiques incluses) devront être envoyées pour le 21 mai 2021 à Sophie Vasset (sophie.vasset [@] u-paris.fr) et François Zanetti (francois.zanetti [@] u-paris.fr).

Nous réunirons les autrices et auteurs des propositions retenues au début du mois de juillet pour discuter ensemble de l’équilibre du numéro et de ses enjeux et permettre ainsi des échanges durant la rédaction des articles et la préparation du numéro. Une seconde rencontre est prévue courant octobre.

La revue publie des articles en français, en anglais et en espagnol (30 000 signes/5 000 mots). Les consignes sont disponibles sur le site de la revue, à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/hms/757.

Calendrier

  • 21 mai 2021 : soumission des propositions d’article

  • 4 juin 2021 : sélection des propositions

  • 2 juillet 2021 : séminaire de mise en route du dossier

  • mi-octobre 2021 : atelier de discussion des articles

  • mi-janvier 2022 : soumission des premières versions achevées des articles

Lien : https://journals.openedition.org/hms/2973

 

 

Séminaire inter-laboratoires Histoire et anthropologie de la mort, 17 mars 2021, visoconférence

Avec le soutien d’Aix-Marseille Université débute cette année un séminaire inter-laboratoires Histoire et anthropologie de la mort  (https://necrolog.hypotheses.org/598 )

Les transformations contemporaines du traitement des morts ordinaires (gestion des cimetières, essor de la crémation ou de la thanatopraxie) et les problèmes soulevés par les récentes crises de mortalité (migrants, canicule, épidémies, guerre, etc.) incitent en effet à engager une réflexion pluridisciplinaire et internationale sur le fait mortuaire, en faisant dialoguer des anthropologues, des archéologues, des historiens, des historiens de l’art, des médecins, des philosophes, des psychologues, des sociologues.

Car s’il existe à ce jour de nombreuses forces dispersées et plus ou moins institutionnalisées (carnets de recherches, programmes courts financés, dispositifs institutionnels) il n’existe pas encore en France d’espace scientifique et de recherche spécifiquement consacré à la mort. Ce séminaire de recherche inter-laboratoire a vocation à combler ce manque en engageant une réflexion véritablement interdisciplinaire sur le fait mortuaire, ses modalités, ses évolutions, ses enjeux.

Dans le contexte de la crise sanitaire, les deux premières séances ont dû être reportées à l’automne 2021.

Nous ouvrirons donc le séminaire par la double séance du 17 mars 2021 (de 10h à 12h, et de 14h à 16h) consacrée aux Cadavres dangereux, et au sein de laquelle interviendront Régis Bertrand (historien, AMU-Telemme) et Sébastien Boret (anthropologue social, Tohoku Université, Japon, associé ADES), puis Diego Carnevale (historien, Université de Naples Federico II, associé Telemme) et Gaëlle Clavandier (sociologue, Université de Saint-Etienne, associée ADES).

A notre grand regret, cette séance se tiendra en visioconférence. Pour y participer, il vous suffit de vous connecter via le lien zoom ci-dessous.

Cette séance est ouverte à tous (étudiants de master, doctorants, chercheurs, enseignants chercheurs, professionnels du funéraire) et à toutes les disciplines académiques (sciences humaines et sociales, médecine, etc.) ; notre objectif est en effet d’amorcer une véritable dynamique autour des études sur la mort.

Vous pouvez aussi nous contacter si vous souhaitez manifester votre intérêt ou avoir des informations supplémentaires.

En espérant vous retrouver nombreux,

Elisabeth Anstett (elisabeth.anstett@univ-amu.fr ), Anne Carol (anne.carol@univ-amu.fr)

 

Participer à la réunion Zoom

https://univ-amu-fr.zoom.us/j/92088664996?pwd=UHJ3TzBQT21ndUpTK0ZGYmhyeGJyUT09

ID de réunion : 920 8866 4996

Code secret : 029489

 

Participer à l’aide d’un protocole SIP

92088664996@139.124.199.80 ou 92088664996@139.124.199.200

 

Participer à l’aide d’un protocole H.323

139.124.199.80 ou 139.124.199.200

Code secret : 029489

ID de réunion : 920 8866 4996

Appel à communications journée d’étude des Jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe, « Le(s) conflit(s) en sciences humaines et sociales », 12 mai 2021, MMSH, Aix-en-Provence

L’équipe des Jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe lance un appel à communications pour leur journée d’étude sur « Le(s) conflit(s) en sciences humaines et sociales ». 

APPEL À COMMUNICATIONS 

Le(s) conflit(s) en sciences humaines et sociales

Journée d’études des Jeunes chercheurs·euses de l’UMR TELEMMe 

12 mai 2021

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Aix-en-Provence

Des guerres de Religion aux contentieux administratifs, des zones à défendre aux débats scolastiques, des manifestations altermondialistes aux disputes conjugales, la pluralité des formes du conflit rend difficile la compréhension de ses limites et de ses objets. Défini comme une « situation relationnelle structurée autour d’un antagonisme », le conflit révèle les oppositions, les solidarités et les dynamiques de pouvoir au sein d’un système social. Il peut être envisagé comme un point de rupture, un bouleversement et participe à la transformation des sociétés par la remise en question des normes, pratiques, territoires et représentations, sans cesse renégociés. Au-delà de la seule dimension militaire du terme, le parti pris de cette journée d’étude interdisciplinaire sera de considérer le conflit dans toute sa complexité (acteurs, intensités, lieux, temporalités).

Le conflit a donné lieu à des définitions et traditions de recherches variées dans les différentes disciplines des sciences humaines et sociales qui cherchent à en comprendre les origines, les ressorts et les conséquences. L’analyse des conflits s’est ainsi affirmée au fondement même de certains champs d’études disciplinaires, tels que l’histoire des guerres depuis Hérodote ; la psychologie des conflits intra et interpersonnels ; la sociologie de la domination et des mouvements sociaux ; la géopolitique en géographie ; l’étude des désaccords esthétiques fondamentaux en histoire des arts ; l’examen des litiges et des modes de résolution des conflits dans les sciences juridiques.

Le conflit a pu être pensé alternativement comme un obstacle ou un levier de l’évolution des sociétés et des individus. La philosophie de l’histoire hégélienne puis marxiste a fait du processus conflictuel le moteur du changement social et de l’histoire.   La question a été longuement discutée en sociologie, selon que les auteurs placent l’intégration et le consensus, ou au contraire le conflit,  au fondement de l’ordre social.

Dans un contexte encore influencé par le marxisme et nourri des premières approches post-modernes, les recherches sur les conflits connaissent de profonds renouvellements en France dans les années 1970, entre la géopolitique lacostienne et la sociologie des nouveaux mouvements sociaux d’Alain Touraine. Une vingtaine d’années plus tard, l’affirmation de la postmodernité et la fin des « grands récits », sur fond de chute du bloc communiste, conduisent à analyser de nouveaux objets, acteurs et territoires de conflictualité, allant des guerres asymétriques aux affrontements dématérialisés, en passant par la reconfiguration des antagonismes sociaux.

Le conflit est donc une opposition structurelle et structurante qui crée et recrée, redéfinit et reconfigure les territoires et les acteurs·trices impliqué·e·s dans sa résolution. À ces dernièr·e·s de mobiliser les moyens d’action spécifiques à leur société, leur culture et à l’objet même de leur contentieux. Ici apparaît une dualité majeure de la notion de conflit : alors qu’elle révèle les tensions internes à un système d’acteurs·trices, elle mobilise aussitôt de nouvelles solidarités. C’est ce déplacement de l’axe de l’analyse de l’acteur·trice vers l’action qui a attiré l’intérêt des Jeunes chercheurs·ses de TELEMMe, dans la continuité du séminaire 2019-2020 sur les acteurs·trices en sciences humaines et sociales. Le conflit apporte une nouvelle dimension critique à la notion d’agentivité et nécessite une étude systématique de l’articulation entre antagonisme, solidarités et résolution pour définir une approche pluridisciplinaire de cette notion polymorphe des sciences humaines et sociales. 

Trois axes de réflexion sont ainsi proposés aux participant·e·s.

 

Axe 1 — Cerner le conflit

À partir de quand peut-on parler de conflit ? Quand débute et prend fin un conflit ? Quelles sont les échelles de conflit et comment s’imbriquent-elles ? Le type de conflit a-t-il une influence sur ses modalités d’expression ? Comment identifier et analyser les acteurs mobilisés ? Quelles sont les nouvelles formes de conflit (acteurs non-étatiques, nouveaux territoires, cyberconflictualité) ? De quelle(s) manière(s) les acteur·trice·s se représentent-ils dans les conflits ?

 Axe 2 — Conflit et (dés)ordre

Comment le conflit remet-il en cause un ordre social, territorial, politique, économique,  artistique etc. ? Comment réagissent les groupes sociaux pris dans les conflits (processus de socialisation, création de solidarités, d’antagonismes) ? Comment les conflits sont-ils représentés et/ou instrumentalisés ? Comment le conflit est-il institutionnalisé ? Dans quelle mesure certains conflits s’affranchissent-ils au contraire des normes établies ? En quoi le conflit est-il un outil de régulation de la société ? 

Axe 3 — Conflit et remise en ordre

Quels sont les modes de résolution des conflits (compromis, médiation, négociation, soumission, violence…) et leurs limites ?  Comment se recomposent les rapports de domination suite à la résolution des conflits ?  Comment le conflit crée-t-il de nouvelles normes ?  Quelles stratégies mettre en place pour prévenir, perpétuer ou fuir le conflit ?  Quelles postérités pour les conflits (mémoire, transmission) ?

 

Ces thématiques pourront être abordées à l’aide d’études de cas et de travaux empiriques issus de diverses disciplines (géographie, histoire, histoire de l’art et archéologie, sociologie, anthropologie, philosophie, langues et littérature, musicologie, psychologie, sciences juridiques, science politique…). Les communications feront apparaître explicitement les spécificités épistémologiques des sujets qu’elles abordent. 

Les propositions des doctorant·e·s ou des jeunes docteur·e·s devront être envoyées avant le 28 mars 2021 à l’adresse : jeunes.chercheurs.telemme@mmsh.univ-aix.fr. Elles comporteront un titre, un résumé de la communication projetée (500 mots environ) ainsi qu’une brève présentation de l’auteur·e (nom, situation, unité de rattachement). 

Si les conditions sanitaires le permettent, la journée d’étude se tiendra le 12 mai 2021 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 5 rue du château de l’horloge, 13094 Aix-en-Provence. Les frais de transport et d’hébergement restent à la charge des participant·e·s ou de leur institution de rattachement. Le cas échéant, la rencontre pourra être organisée en visioconférence. 

 

COMITÉ D’ORGANISATION : 

Dylan BECCARIA, doctorant en histoire moderne 

Charlotte BLANCO, doctorante en géographie

Camille CAPAROS, doctorante en histoire moderne

Béatrice HERMITTE, doctorante en histoire de l’art contemporain

Florie IMBERT-PELLISSIER, doctorante en histoire moderne

Mélina JOYEUX, doctorante en histoire contemporaine 

Pablo PEREZ, doctorant en histoire moderne 

Sascha PERROUX, doctorante en géographie

Tristan PORTIER, doctorant en histoire contemporaine 

Julie RATEAU-HOLBACH, doctorante en histoire de l’art contemporain 

Marguerite VALCIN, doctorante en géographie