Archives mensuelles : janvier 2019

Séminaire du vendredi 8 février : « L’historien face au récit de soi »

Lettre d’Émilie de Marignane adressée à son père (18/11/1768) (Fonds patrimoniaux de la Cité du Livre, Aix-en-Provence)
MMSH 14h 

Présentation

Isabelle Luciani, UMR 7303 Telemme

 

SYLVIE MORET PETRINI, Première assistante, Université de Lausanne

« L’expérience enfantine au prisme des écrits personnels de jeunesse » (XVIIIe siècle – début XIXe siècle)

Les pratiques éducatives des familles de l’élite romande ont laissé un abondant matériau scripturaire de jeunesse qui fait de ce territoire un cas d’étude particulièrement favorable pour tester l’écriture d’une  histoire à « hauteur d’enfant ».  Plus de 70 journaux rédigés, entre 1720 et 1820, par des jeunes gens âgés de 8 à 21 ans constituent en effet autant de « voix » enfantines ou de jeunesse qui évoquent leur expérience de leur temps de formation. Alors qu’Hugh Cunnigham déclarait que les journaux de jeunesse éclairent davantage les conventions et attentes des adultes à l’égard des enfants que leur expérience individuelle, ce facteur discréditant quelque peu les « voix » enfantines, il nous semble au contraire, tout comme le soulignait Colin Heywood, qu’elles sont représentatives de la construction de leur identité : une identité qui s’élabore en intégrant progressivement – et peut-être jusqu’à un certain point – les codes affectifs et sociaux qui régissent leur milieu. C’est cette dimension sur laquelle portera cette communication qui réfléchira également aux modèles et prescriptions en faveur de l’écriture de jeunesse qui ont permis le développement de ces pratiques.

 

NAHEMA HANAFI, Maître de conférences, Université d’Angers, CERHIO

« La fraude au « récit de soi ». Spams, narrations intimes et stratégies discursives (années 2010) »

Au travers des pratiques d’écriture, Literacy et histoire de l’individu croisent leurs problématiques et leur méthodologies depuis plusieurs décennies, pour apporter à l’histoire sociale un autre point de vue. Afin de mesurer l’apport, pour l’historien, de tous ces récits de soi dont la subjectivité a trop souvent paru être un obstacle à l’analyse objective, intéressons-nous à ce que nous apprend le « faux ». Nous verrons ainsi comment l’étude des spams frauduleux, aujourd’hui, permet d’interroger les modèles narratifs de la fabrique de soi, leur circulation, les enjeux de l’écriture de soi, les pouvoirs qu’elle induit.

Relations interdites en temps de guerre. Des contacts entre civils aux relations sexuelles entre femmes allemandes et prisonniers de guerre français (1940-1945)

Collection privée Lutz Würzberger : Prisonniers de guerre à Leipzig
Collection privée Lutz Würzberger : Lutz et sa mère à Leipzig

Communication de Gwendoline Cicottini, cotutelle AMU (Isabelle Renaudetet )-Tübingen Universität (Johannes Großmann), séminaire Façons d’être (19 décembre 2018)

La Seconde Guerre mondiale a généré de nombreux déplacements de populations menant des femmes et des hommes à se côtoyer dans un contexte exceptionnel, alors que leurs Etats respectifs faisaient de ces citoyens des ennemis.  Des prisonniers de guerre français se retrouvent ainsi au sein du Reich vivant dans une proximité plus ou moins grande avec des femmes allemandes. Imposées le plus souvent par le travail, des rencontres jalonnent la vie quotidienne et des contacts se nouent, contacts interdits, mais pas anodins pour autant. Si dans la pratique ces actes sont banals (échange de denrées alimentaires, discussions, partage d’intimité), ils sont interprétés comme une menace politique, un affront aux idées raciales du Reich, portant atteinte aux mœurs allemandes. Cette étude tente d’analyser la place que tiennent ces relations humaines pendant la Seconde Guerre mondiale, en abordant le conflit sous un angle social, de l’intime. Elle définit le statut des prisonniers français, qui parmi les millions d’étrangers qui se retrouvent en Allemagne pendant la guerre, bénéficient d’une relative liberté de mouvement et disposent de denrées d’échanges comme du chocolat, grâce aux colis envoyés depuis la France. Elle éclaire le cadre juridique qui préside aux relations entre population locale et prisonniers, relations strictement interdites par un décret adopté dès novembre 1939. En dépit de cette interdiction, de nombreuses femmes ont été condamnées par les tribunaux allemands, laissant une masse importante de sources. L’analyse d’environ 2000 dossiers révèle que 50% des « contacts » impliquent au moins un rapport sexuel. Ces dossiers judiciaires, qui mettent en lumière le fonctionnement de la justice allemande et les procédures pénales, permettent aussi de saisir le quotidien et l’intimité de femmes restées seules dans leur foyer du fait de la mobilisation massive de la population masculine. Les dépositions auxquelles les procédures donnent lieu nous renseignent sur les circonstances des premières rencontres, sur les lieux des retrouvailles qui vont des toilettes de l’entreprise aux lits conjugaux, en passant par les parcs ou les forêts. A travers la répression dont ces femmes sont l’objet, ce sont des corps déviants qui sont jugés, une sexualité qui enfreint les normes et par laquelle ces femmes se soustraient à la Volksgemeinschaft. Le fait que, malgré l’interdiction et la répression, ces relations ne cessent pas, interroge. Ce contexte fait apparaître des zones grises dans la politique raciale au sein du Reich à l’égard des Français, alors que ces hommes sont pourtant bien définis comme des ennemis du peuple allemand. S’il est difficile de reconstruire une histoire de l’intime et des sentiments à travers les sources, la documentation met cependant au jour des comportements riches de sens. Des femmes allemandes ont ouvert leur porte à des prisonniers de guerre français en ayant conscience des risques encourus. Ces sources sont donc une entrée dans l’histoire de la justice sous le IIIème Reich, mais ouvrent aussi des pistes de réflexion plus qu’actuelles sur le traitement des femmes par l’appareil judiciaire, sur la sexualité, la sexualité comme pouvoir, ainsi que sur la notion de consentement dans les années 1940. 

 1. 7,6 millions d’étrangers sur le territoire du Reich dans Herbert Ulrich, Fremdarbeiter: Politik und Praxis des « Ausländer-einsatzes »  in der Kriegswirtschaft des Dritten Reiches, Berlin, J.HW. Dietz Nachf., 1985, p. 11.

2. Verordnung zur Ergänzung der Strafvorschriften zum Schutz der Wehrkraft des Deutschen Volkes vom 25. November 1939 (RGBI). I, p. 2319.

3. Étude de 1785 dossiers concernant des français dont 908 dossiers impliquent au moins un rapport sexuel. 

Citer cet article : Gwendoline Cicottini, "Relations interdites en temps de guerre. Des contacts entre civils aux relations sexuelles entre femmes allemandes et prisonniers de guerre français (1940-1945)", dans, Façons d'être : corps, émotions, récits de soi, 11/01/2019, https://faconsdetre.hypotheses.org/1019.

Sites amis

Carnets associés : 

Necrolog, carnet de recherches du groupe CoRPS : https://necrolog.hypotheses.org

Les émotions au Moyen Âge, carnet d’EMMA : https://emma.hypotheses.org

Carnet des jeunes chercheurs de TELEMMe : https://jjctelemme.hypotheses.org

La mémoire à l’épreuve de l’interdisciplinarité, carnet du GDR Mémoire : https://memoire.hypotheses.org

Memolieux par Sylvie Mouysset, carnet portant sur sa recherche sur la mémoire des lieux ordinaires : memolieux.hypotheses.org

Sites associés : 

Site internet du GDR Mémoire : https://gdrmemoire.com

Site du laboratoire TELEMMe : telemme.mmsh.univ-aix.fr 

 

Carnets de recherches en lien avec les thématiques du groupe Façons d’être :

Carnet du séminaire GeFeM : https://gendermed.hypotheses.org/135

Archives et intimités : https://archivint.hypotheses.org/

 

 

 

Fin de vie et LSD : histoire des recherches médicales autour de la bonne mort

Communication de Zoë Dubus, doctorante en histoire contemporaine sous la direction d’Anne Carol, séminaire Façons d’être (19 décembre 2018)

Découvert en 1943 par le chimiste Albert Hofmann, le LSD est rapidement reconnu pour ses effets thérapeutiques, notamment dans le cadre de la fin de vie. Puissant antalgique, il permettait également aux patients en phase terminale de cancer d’appréhender leur propre mort avec plus de sérénité et favorisait la communication avec les proches et le personnel soignant grâce à ses effets proprement « psychédéliques ». Ceux-ci, établis par le psychiatre américain Walter Pahnke, se caractérisent par le sentiment de ne faire qu’un avec le monde extérieur, une sensation de profond bonheur et de submersion par des émotions indescriptibles, un sens du sacré (cependant moins puissant que celui décrit dans la littérature mystique), enfin un sentiment d’amour profond et altruiste (Pahnke, 1966(1)). Au cours des années 1960, de nombreuses études établissent une méthodologie sûre et aux résultats prometteurs, appelée « thérapie psychédélique ». Il existe un lien intrinsèque entre le développement, certes restreint, des études sur les bénéfices du LSD dans le cadre de la fin de vie et l’élaboration d’une remise en question de pratiques médicales de l’époque, déshumanisantes et violentes, sources d’isolement et de souffrances. Nécessitant une nouvelle méthodologie, elles ont ainsi participé à l’amélioration de l’évaluation de la douleur, en mettant l’accent sur la perception et le témoignage du patient, et ont permis d’enrichir les réflexions sur l’expérience de la mort et du « mourir ».

Pourtant, à la fin des années 1960, ces recherches sont progressivement marginalisées puis finalement interrompues à la suite du développement d’usages de LSD en dehors du cadre médical. Plusieurs facteurs entrent alors en jeu : tout d’abord, la disqualification du LSD en tant que médicament, en partie liée à l’utilisation de concepts pour décrire l’expérience psychédélique (à l’image de « l’expansion de conscience »), trop proches d’un vocabulaire sectaire. D’autre part, la perte de contrôle du corps médical vis-à-vis d’une substance encore considérée comme un médicament met en danger sa légitimité. Ce sentiment de perte de contrôle du corps médical s’inscrit enfin dans un sentiment global partagé par une large partie de la société des années 1960 : le lien entre consommation de LSD et mouvements de contestation achève de condamner la substance. De nos jours, après une quarantaine d’année d’arrêt des recherches sur le LSD, de nouvelles études sont à nouveau autorisées dans différents pays du monde, pour ré-évaluer, grâce aux progrès scientifiques, les bénéfices potentiels de la substance appliquée aux soins palliatifs. Le psychiatre Peter Gasser, en Suisse, a ainsi reçu depuis 2014 l’autorisation d’employer le LSD avec sa patientèle privée.

1 Walter Pahnke, William Richards, “Implications of LSD and experimental mysticism”, Journal of Religion and Health, n°5, 1966, pp. 175-208

Bibliographie :

Anne Carol, Les médecins et la mort, XIXe –XXe siècle, Aubier, Paris, 2004

Albert Kurland, “LSD in the Supportive Care of the Terminally Ill Cancer Patient”, Journal of Psychoactive Drugs, 1985, Vol. 17, n°4, pp. 279-290

Nicolas Langlitz, Neuropsychedelia, The revival of hallucinogen Research since the decade of the brain, University of California Press, Berkeley, 2013

Jelena Martinovic, Mort imminente, Genèse d’un phénomène scientifique et culturel, Métis Presses, Genève, 2017

Philippe Pignarre, Qu’est-ce qu’un médicament ?, La découverte, Paris, 1997

Séminaire du 23 janvier 2019 : « Performances de genre dans la vie monastique, exemples du XIIe au XVe siècle »

Depuis les origines du monachisme en Occident, la condition des religieuses n’a cessé d’être mise en débat. Si en théorie la vie monastique n’est pas fondamentalement différente pour les moniales et pour les moines, puisqu’elle est centrée sur la prière, l’ascèse et la vie communautaire, la question du genre apparaît dans la pratique un enjeu de premier plan. À partir d’une réflexion sur les « performances de genre », les deux communications de ce séminaire s’attacheront à mettre en lumière la spécificité des « façons d’être » des moniales dans leurs rapports au corps, à l’identité sexuée et à l’espace.

Programme du séminaire : 9h30-12h 

Damien Boquet (AMU, TELEMMe)

Introduction

Chloé Maillet (ESBA Angers/EHESS)

Plusieurs performances genrées dans un même corps : Hildegonde-Joseph à Schönau selon Engelhard de Langheim et Césaire de Heisterbach (XIIe-XIIIe siècle)

La société du Moyen Âge central prétendait catégoriser les personnes en ordres sociaux et en genres sexués, hiérarchisés et identifiables par le vêtement. Il était interdit aux bourgeois de porter l’habit de noble, et aux femmes celui d’homme. Le corps et l’être intérieur ne devaient faire qu’un avec l’apparence qu’ils offraient à la société. Un verset du Deutéronome pouvait être convoqué pour légitimer cette impossibilité : 

“Une femme ne portera point un habillement d’homme, et un homme ne mettra point des vêtements de femme ; car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel, ton Dieu (Dt 22,5).”

Malgré cet interdit officiel, une série de personnes assignées femmes à la naissance, réelles ou fictives, sont connues pour avoir porté un habit et une identité masculins pendant tout ou une partie de leur vie. Marine, Eugénie, Matrona, et d’autres avaient non seulement elles avaient été acceptées par les autorités ecclésiastiques, mais pour certain.e.s canonisé.e.s entre le Ier et le XIIe siècle. Hildegonde de Schönau fait partie de ces cas, bien que son procès de canonisation ne pût aboutir. Pourtant sa vie écrite au lendemain de sa mort, et romancée quelques décennies plus tard par Césaire de Heisterbach, nous permet d’accéder à certains des enjeux soulevés par la présence de cette personne au corps atypique au sein d’un monastère cistercien. 

Sergi Sancho Fibla (CRH, EHESS)

Pratiques performatives genrées. Deux exemples de paraliturgie dans la Castille de la fin du Moyen Âge

Une grande partie de la vie des communautés religieuses du Moyen Âge, furent-elles masculines ou féminines, était organisée autour de la liturgie. Elle était formalisée dans des livres et normée par les institutions. Or, les rubriques de ces livres ou d’autres sources nous informent de la pluralité de ces pratiques, qui étaient loin d’être toujours encadrées. Ces activités, hors du canon, sont appelées «paraliturgie» et étaient clairement genrées pour deux raisons fondamentales: les interdits rituels spécifiques pour les femmes et les particularités spatiales et architecturales de leurs couvents.

La paraliturgie prend souvent la forme de processions, de drames liturgiques, de chants ou encore de sermons plus ou moins dramatisés. Afin de réfléchir à ces phénomènes, je présenterai la relation de deux religieuses castillanes de la fin du XVe siècle avec ces pratiques performatives : Constanza de Castillla (1405-1478) et Juana de la Cruz (1481-1534), qui composèrent deux programmes paraliturgiques spécifiques pour leur couvents respectifs.