Archives de catégorie : Séminaire mensuel

Séminaire du vendredi 8 février : « L’historien face au récit de soi »

Lettre d’Émilie de Marignane adressée à son père (18/11/1768) (Fonds patrimoniaux de la Cité du Livre, Aix-en-Provence)
MMSH 14h 

Présentation

Isabelle Luciani, UMR 7303 Telemme

 

SYLVIE MORET PETRINI, Première assistante, Université de Lausanne

« L’expérience enfantine au prisme des écrits personnels de jeunesse » (XVIIIe siècle – début XIXe siècle)

Les pratiques éducatives des familles de l’élite romande ont laissé un abondant matériau scripturaire de jeunesse qui fait de ce territoire un cas d’étude particulièrement favorable pour tester l’écriture d’une  histoire à « hauteur d’enfant ».  Plus de 70 journaux rédigés, entre 1720 et 1820, par des jeunes gens âgés de 8 à 21 ans constituent en effet autant de « voix » enfantines ou de jeunesse qui évoquent leur expérience de leur temps de formation. Alors qu’Hugh Cunnigham déclarait que les journaux de jeunesse éclairent davantage les conventions et attentes des adultes à l’égard des enfants que leur expérience individuelle, ce facteur discréditant quelque peu les « voix » enfantines, il nous semble au contraire, tout comme le soulignait Colin Heywood, qu’elles sont représentatives de la construction de leur identité : une identité qui s’élabore en intégrant progressivement – et peut-être jusqu’à un certain point – les codes affectifs et sociaux qui régissent leur milieu. C’est cette dimension sur laquelle portera cette communication qui réfléchira également aux modèles et prescriptions en faveur de l’écriture de jeunesse qui ont permis le développement de ces pratiques.

 

NAHEMA HANAFI, Maître de conférences, Université d’Angers, CERHIO

« La fraude au « récit de soi ». Spams, narrations intimes et stratégies discursives (années 2010) »

Au travers des pratiques d’écriture, Literacy et histoire de l’individu croisent leurs problématiques et leur méthodologies depuis plusieurs décennies, pour apporter à l’histoire sociale un autre point de vue. Afin de mesurer l’apport, pour l’historien, de tous ces récits de soi dont la subjectivité a trop souvent paru être un obstacle à l’analyse objective, intéressons-nous à ce que nous apprend le « faux ». Nous verrons ainsi comment l’étude des spams frauduleux, aujourd’hui, permet d’interroger les modèles narratifs de la fabrique de soi, leur circulation, les enjeux de l’écriture de soi, les pouvoirs qu’elle induit.