Archives de catégorie : Billets

Séminaire du 18 mai 2022 : présentation de l’ouvrage de Virginie Cerdeira, Histoire immédiate et raison d’Etat. Le Mercure françois sous Louis XIII, Aix-en-Provence, MMSH, 10h-12H

Consacré à la présentation de l’ouvrage de Virginie Cerdeira, Histoire immédiate et raison d’État, le séminaire abordera les pratiques d’écriture mises à l’œuvre dans les 25 volumes du Mercure François (1611-1648), à la croisée de l’écriture de l’histoire et de celle de l’actualité. L’autrice interrogera les formes à travers lesquelles s’exprime dans la collection la loyauté à l’État royal tout en montrant ce que cette posture doit à l’histoire familiale des fondateurs.

PROGRAMME

Présentation de l’ouvrage par Virginie Cerdeira, TELEMMe-AMU

Histoire immédiate et raison d’Etat. Le Mercure françois sous Louis XIII

La discussion sera animée par Emmanuelle Chapron (groupe 1 La construction des savoirs sociaux, axe 1) et Elisabel Larriba (groupe 2, S’informer et informer en temps de crise, axe 2), TELEMMe-AMU.

Soutenance de thèse : Soizic Morin, La place des femmes dans le champ de la santé dans les Bouches-du-Rhône

Soizic Morin a soutenu sa thèse en histoire, intitulée

La place des femmes dans le champ de la santé dans les Bouches-du-Rhône : une histoire sociale de la santé au prisme du genre

lundi 21 mars à 14h00 à la MMSH, salle Paul-Albert Février à Aix-en-Provence.

Le jury était composé de :

  • Jean-Paul Barrière, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Franche-Comté Besançon, Rapporteur
  • Christophe Capuano, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Grenoble-Alpes, Rapporteur
  • Anne Carol, professeure d’histoire contemporaine à Aix-Marseille Université, Directrice de thèse
  • Isabelle Renaudet, professeure d’histoire contemporaine à Aix-Marseille Université, Présidente.

Résumé

Cette thèse a pour ambition d’étudier la nébuleuse des femmes dans le champ de la santé au XIXe siècle dans le département des Bouches-du-Rhône. Les femmes ont toujours soigné, mais cette fonction gagne alors en visibilité et il devient nécessaire, pour les médecins et les gouvernants, de théoriser, légitimer, mais aussi encadrer cette présence féminine dans le champ de la santé. Les femmes occupent des activités multiples dans la santé : dames de charité, herboristes, pédicures, sages-femmes, infirmières, doctoresses… notre hypothèse est qu’elles ont joué un rôle dans la médicalisation du département, en se rendant visibles et disponibles auprès de populations qui étaient en demande de santé. La première partie de la thèse confronte les discours théoriques qui assignent aux femmes une vocation naturelle à prendre soin d’autrui avec le cadre légal et réglementaire dans lequel leur activité est rendue possible. Elle montre comment la nécessité d’une formation s’impose plus ou moins rapidement dans les divers champs du soin, ouvrant la voie vers une professionnalisation. La seconde partie explore la réalité sociale, à travers la diversité du monde des femmes qui soignent : diversité des lieux (de l’hôpital aux cabinets), des champs d’intervention (de l’accouchement au paramédical), du degré d’insertion dans le marché du soin (de la charité à la vente de remèdes), ainsi que la diversité du degré de contrôle réglementaire de ces activités. La troisième partie s’interroge enfin sur les motivations des femmes qui soignent, les stratégies professionnelles qu’elles déploient et leur degré d’agentivité ou de reconnaissance. Parmi toutes, une seule catégorie parvient à se professionnaliser réellement : les sages-femmes. Néanmoins, les autres ne sont pas restées passives. Toutes ont essayé d’être actives dans leur métier, quitte à l’abandonner lorsqu’elles trouvaient mieux ailleurs. Le champ de la santé a ainsi pu constituer, pour les femmes au XIXe siècle, une opportunité pour progresser socialement.

Journée d’étude des Jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe, “Saisir l’invisible : la face cachée des sociétés”, 25 mai 2022, Salle Georges Duby, MMSH, Aix-en-Provence

KOEN Jacobs,  London Fog, 2017, London, England. 

Journée Jeunes chercheur·euses TELEMMe

25 mai 2022 8 h 45 à 17 h 00 –  Salle Georges Duby, MMSH, Aix-en-Provence.

PRÉSENTATION

Au sein des sociétés, l’accès à la reconnaissance est inégal : des individus, groupes, courants de pensée et pratiques peinent à exister tant dans les discours que dans les représentations. En les occultant, l’invisibilisation sociale, « processus dont la conséquence ultime est l’impossibilité de participer à la vie sociale(1) », contribue au maintien d’un consensus qui profite aux dominant·es. C’est par une mise à l’écart sociale, politique, économique, juridique, géographique ou encore symbolique que se produisent les divisions et la stratification des groupes humains. En conséquence, cette nouvelle journée d’étude des Jeunes Chercheur·se·s de TELEMMe s’attachera à analyser ces mécanismes au prisme des acteur·rices, des objets et des espaces invisibilisé·es.

(1) Guillaume Le Blanc, L’invisibilité sociale, Paris, PUF, 2009, p. 1.


PROGRAMME

8h45 – Accueil des participants et du public

9h – Ouverture de la journée d’études

Anne Montenach, Directrice adjointe de l’UMR TELEMMe.

9h15 – Introduction
  • Marguerite Valcin, Doctorante en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe/LEST.
  • Tristan Portier, Doctorant en histoire contemporaine, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.
9h30 – Session 1
Voir les invisibles : enjeux scientifiques et méthodologiques

Modération : Delphine Peiretti-Courtis, Professeure agrégée d’histoire, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

  • « Où sont les femmes ? Présence et absence des écrits personnels féminins dans les fonds familiaux de la noblesse (France méridionale, XVIIe-début du XIXe siècle). »
    Camille Caparos, Doctorante en histoire moderne, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.
  • « L’invisible au prisme du corps déplacé, du corps entravé. »
    Monique Pernin, Doctorante en histoire contemporaine, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

Discussion :

  • Dylan Beccaria, Doctorant en histoire moderne, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe/CERHIIP.
  • Ami Nagai, Doctorante en histoire contemporaine, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

10h45 – Pause café

11h — Session 2
Invisibilité et hyper visibilité : les représentations des groupes dominés

Modération : Anne Montenach, Professeure d’histoire moderne, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

  • « Dessiner l’esclavage : saisir les visibilités politiques dans l’œuvre du lithographe anglo-brésilien Frederico Briggs. »
    Carla Francisco, Docteure en études romanes, Université d’Aix-Marseille, CNRS, EHESS, IRD, IMAF.
  • « L’invisibilisation des territoires ultramarins dans les enseignements d’histoire-géographie. »
    Iris Portoleau, Doctorante en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

Discussion :

  • Léa Battais, Doctorante en histoire de l’art contemporain, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.
  • Pauline Saveant, Doctorante en histoire contemporaine, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.
13h30 — Session 3
Se rendre invisible : l’invisibilité comme ressource

Modération : Anne Montenach, Professeure d’histoire moderne, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

  • « Saisir l’opium de contrebande en Indochine. Vers une histoire sociale des pratiques de fraude en situation coloniale (1899-1940). »
    Thomas Clare, Doctorant en histoire contemporaine, Université d’Aix-Marseille, CNRS, IrAsia.
  • « Les étudiant·es iranien·nes en France dans les années 1950 : L’invisibilité comme ressource. »
    Valentin Rebour, Doctorant en histoire contemporaine, Université Paris-Nanterre, CNRS, ISP.
  • « Les musiques électroniques à l’épreuve du covid-19 : invisibilité contrainte et invisibilité choisie des pratiques festives en contexte épidémique. »
    Léna Aparis-Jutard, Doctorante en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

Discussion :

  • Cécile Bournat-Querat, Doctorante en histoire moderne, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.
  • Mélina Joyeux, Doctorante en histoire contemporaine, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

15h15 – Pause café

15h30 — Session 4
Lutter contre l’invisibilité : stratégies et agentivité des invisibles

Modération : Gwenaëlle Audren, maître de conférences en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

  • « Rendre visibles les invisibles. Les ATSEM dans la lutte juridictionnelle à l’école maternelle. »
    Arthur Imbert, Doctorant en sociologie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, LEST.
  • « Les espaces de visibilisation des personnes exilées primo-arrivantes à Marseille. »
    Luna Russo, Doctorante en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe/ADEF.
    Marie-Aude Salomon, Doctorante en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

Discussion :

  • Aude-Line Gervais, Doctorante en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.
  • Sascha Perroux, Doctorante en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

16h45 — Conclusion

  • Pablo Perez, Doctorant en histoire moderne, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.
  • Julie Rateau-Holbach, Doctorante en histoire de l’art contemporain, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

Publication de la thèse de Sylvie Moret-Pétrini aux éditions PUR : L’enfance sous la plume. La diffusion de l’écriture éducative en Suisse romande, 1750-1820

Systématiquement recommandée par les traités pédagogiques, l’observation des enfants se développe dès le milieu du XVIIIe siècle, dans le sillage des Lumières et de l’essor des sciences. Pères, mères, précepteurs et gouvernantes sont désormais exhortés à prendre la plume dans le cadre de leur mission éducative. Et ils ne sont pas les seuls. Enfants et jeunes gens se voient aussi fortement encouragés à tenir un journal, auquel on attribue de nombreuses vertus.

Fondé sur l’analyse d’une centaine de journaux personnels conservés dans les archives de Suisse romande, le présent ouvrage retrace l’émergence de ces nouvelles pratiques d’écriture, issues d’une ère de renforcement de la cellule familiale, et remonte aux modèles qui leur ont donné naissance. Il questionne également la perception que les acteurs de l’éducation ont de leurs rôles respectifs.

Cette écriture éducative traduit le nouveau regard porté sur l’enfant et sur son développement, ainsi que la pénétration des théories pédagogiques au sein des familles. Tout comme elle dévoile les dilemmes des parents, partagés entre fidélité aux principes prônés et impératifs sociaux. Incluant les jeunes scripteurs et scriptrices, elle permet de reconstituer l’expérience enfantine. On voit ainsi émerger l’enfant acteur de son éducation, fille ou garçon, qui au fil des pages revendique sa capacité à gérer, non seulement sa formation, mais sa propre existence.

Lien vers le site des PUR pour commander l’ouvrage : https://www.pur-editions.fr/product/5643/l-enfance-sous-la-plume

Séminaire “Histoires d’écoutes. L’auralité en histoire et pour l’histoire, de l’Antiquité à l’époque moderne”, 3e séance : “Des objets sonores silencieux ? Redonner du corps à l’écoute”, vendredi 25 mars, 14h-17h30, salle PAF, MMSH, Aix-en-Provence

(Bréviaire de Renaud de Bar, BM Verdun, ms. 107, f. 12)

Des objets sonores silencieux ? Redonner du corps à l’écoute

Dans cette troisième séance, nous nous pencherons sur le cas des objets non sonnants, tels que les images, inscriptions, sculptures, objets…. Même si ceux-ci ne sont pas destinés (ni même détournés) pour produire des sons et créerune écoute directe, ils peuvent instiller une certaine écoute « virtuelle » chez celui qui les regarde. Quelles peuvent être les fonctions de l’iconographie sonore ? Sert-elle uniquement à traduire sur un médium silencieux un son devenu inaudible ? Quel son cherche-t-elle (et peut-elle) réellement fixer ? Informe-t-elle aussi sur différents régimes d’écoute ? D’ailleurs, l’écoute ne se résume pas aux seuls sons « sonnants », mais naît au contraire de la combinaison rythmée des sons et des silences. Ce constat soulève une question : comment figurer une absence de son ? De fait, on en vient à se demander si ces figurations du sonore ne viseraient pas plutôt à (re)créer une expérience d’écoute « extemporanée » chez l’observateur. Cette écoute nouvelle serait déclenchée par le regard, la mémoire auditive ou la lecture. Dans cette configuration, l’objet pourrait servir de conservatoire d’écoute, d’une écoute qui ne demande qu’à être renouvelée. Ces questionnements multiples amènent finalement à réfléchir aux supports possibles de l’auralité et aux moyens disponibles pour lui redonner du corps. En définitive, il sera question, dans ces trois interventions, de la dynamique entre objet, audition et vision.

 

– Martine Clouzot (PU, ArTeHis, CNRS-Université de Bourgogne) : Les musicalités des livres enluminés : régimes du son musical et de l’écoute dans les psautiers et livres d’heures des XIIIᵉ et XIVᵉ siècles.

Les images de la musique ne se limitent pas à la représentation de joueurs, de chanteurs et d’instruments. Au-delà du visible, leur capacité d’objectivation du son – représenter ce qui ne se voir pas et qui est éphémère – rend compte de régimes d’écoute délibérés et performatifs. Articulés aux livres dévotionnels, la considération visuelle et spirituelle pour l’écoute atteste la volonté de l’Église d’encadrer les expériences sensibles d’un groupe social éduqué : les hommes et surtout les femmes des cours princières de l’Europe occidentale aux XIIIᵉ et XIVᵉ siècles – en vue de leur salut éternel.

 

– Vincent Debiais (CR, CRH-EHESS, CNRS) : États de silence dans les images médiévales : mutismes, contraintes, qualités

Il en est de même pour tous les phénomènes sonores : envisager leur figuration sous la forme d’une image relève d’un paradoxe consistant à rendre accessible par la vue ce qui relève de l’ouïe. Le Moyen Âge a cependant démontré que ce paradoxe pouvait être résolu et dépassé, avec la création pratique et théorique d’images de la musique, des qualités sonores, des propriétés harmoniques. Il l’a également démontré avec la résolution du paradoxe « au carré » que constituent les images médiévales du silence et la privation de parole. La notion polyédrique de « silence » au Moyen Âge se prête pourtant bien à la mise en image dans la mesure où elle est décrite, entre autres, comme la condition sonore de la vision, le moyen phonique de la contemplation. Le silence est l’état du monde et du corps permettant l’écoute extérieure dans le cadre de l’enseignement et de la prédication, et l’écoute intérieure dans le cadre de la révélation et de la connaissance de Dieu. Dans cette présentation centrée sur quelques images produites en Occident entre le IXᵉ et le XIIIᵉ siècle, on verra la façon dont ce rapport de superposition entre le silence et l’écoute a été mis en signes visuels et ce que ces figurations disent de la notion d’écoute au Moyen Âge.

 

– Frédéric Imbert (PU, IREMAM, CNRS-AMU) & Anna Lagaron (postdoctorante, IREMAM) Prier, réciter, écouter dans les graffiti arabes médiévaux.

Les textes épigraphiques médiévaux produits par les premières générations de musulmans, comme par les chrétiens en terre d’Islam, entre les VIIᵉ et XIIIᵉ siècles dans la péninsule arabique, au Proche-Orient et en Égypte, nous amènent à nous interroger sur le statut particulier de l’oralité dite « lapidaire ». Si les deux termes semblent, de prime abord, assez antithétiques, ils semblent pourtant trouver, en épigraphie arabe un espace de compromis. Comment la pierre pourrait-elle, en effet, conserver des actes de parole ? De récentes études ont permis de faire connaître l’existence d’un corpus très conséquent de plusieurs milliers de graffiti arabes musulmans comme chrétiens dont un bon nombre semble avoir conservé des traces d’oralité. Celle-ci prend la forme notamment d’invocations religieuses adressées à Dieu à l’impératif, mais aussi aux hommes qui liront ces invocations et invoqueront à leur tour. Nous en présentons et en analysons ici quelques extraits.

Participer à la réunion Zoom :

https://univ-amu-fr.zoom.us/j/83320265299?pwd=L3VlSjNQUHVYVnRxS0NFMzV6eGdUdz09

ID de réunion : 833 2026 5299

Code secret : 110146

F. Arena, V. Dasen, Y. Foehr-Janssens, I. Maffi, D. Solfaroli Camillocci (eds.), Allaiter de l’Antiquité à nos jours, Histoire et pratiques d’une culture en Europe

Francesca Arena, maître assistante à l’Institut étique histoire et humanités de l’Université de Genève, membre du groupe Façons d’être ; corps, émotions, récits de soi, vient de faire paraître un ouvrage qu’elle a codirigé sur l’allaitement dont vous trouverez la présentation en suivant le lien ci-dessous. Le groupe se réjouit de cette nouvelle publication : http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503596525-1

Présentation de l’ouvrage : 

Aujourd’hui, l’allaitement est au centre des préoccupations des organismes internationaux, en ce qui concerne les soins destinés aux nouveau-nés et la santé des femmes. Ces questions occupent une place importante dans les débats autour de la maternité et du travail féminin. Mais les pratiques et les représentations de l’allaitement sont traversées par des tensions politiques, économiques et religieuses. Pouvons-nous éclairer les controverses par une mise en perspective historique large de leurs enjeux socio-culturels ? Faire l’histoire de l’allaitement en Europe est une manière de contribuer à une approche globale de la question de la reproduction. Emboîtant le pas aux recherches récentes sur la maternité, les quatre sections de cet ouvrage proposent les résultats d’une vaste enquête collective pluridisciplinaire et ouvrent des pistes pour une réflexion critique sur les enjeux actuels de la parentalité et de la reproduction. Les chapitres de ce volume associent les investigations historiques, anthropologiques et archéologiques à l’histoire de l’art et aux études littéraires. L’ouvrage présente également une riche documentation visuelle et des focus conçus comme outils pour la recherche, la divulgation scientifique et la didactique.

Yasmina Foehr-Janssens est professeure de littérature française médiévale à l’Université de Genève. Ses recherches portent sur le récit médiéval et la construction du genre dans la littérature médiévale. A partir des travaux menés sur l’histoire culturelle de l’allaitement, elle s’intéresse actuellement à la dimension politique des rapports entre humains et animaux et aux mises en scène des violences de genre. 

Daniela Solfaroli Camillocci est spécialiste d’histoire culturelle et religieuse pour l’époque moderne et professeure à l’Institut d’histoire de la Réformation de l’Université de Genève. Elle s’intéresse aux processus de communication des idées théologiques, aux conversions et à la mise en place des dispositifs d’encadrement religieux pour les foyers domestiques. Ses travaux portent sur l’anticléricalisme et la dissidence religieuse, l’histoire des femmes et du genre.

Véronique Dasen est professeure d’archéologie classique à l’Université de Fribourg. Elle explore depuis de nombreuses années deux axes principaux de recherche, sur l’histoire du corps et des pratiques médicales et magiques, et sur l’histoire du genre et de l’enfant. Son approche est pluridisciplinaire et anthropologique, en privilégiant l’apport du discours des images et de la culture matérielle pour éclairer différentes facettes de l’Antiquité en dialogue avec les autres périodes historique

Irene Maffi est professeure d’anthropologie culturelle et sociale à l’Université de Lausanne. Elle est spécialiste du monde arabe et a mené des recherches dans deux domaines principaux : l’anthropologie politique et l’anthropologie de la reproduction et de la sexualité. Ses derniers travaux portent sur la santé et les droits sexuels et reproductifs en Tunisie ainsi que sur les logiques de genre présentes dans les savoirs des professionnels de la périnatalité en Suisse.

Francesca Arena est historienne de l’époque moderne et contemporaine et actuellement Maître assistante à l’Institut Ethique Histoire et humanités à l’Université de Genève. Elle est spécialiste de l’histoire de la médecine et du genre. Ses derniers travaux portent sur l’histoire de la santé en contexte colonial.

Séminaire inter-laboratoires Histoire et anthropologie de la mort, 17 mars 2022, salle PAF, MMSH, Aix-en-Provence

Avec le soutien de la Mission Interdisciplinarité Aix-Marseille Université se poursuit cette année le séminaire inter-laboratoires ADES-TELEMMe Histoire et anthropologie de la mort (https://necrolog.hypotheses.org/598 ).

 

Les transformations contemporaines du traitement des morts ordinaires (gestion des cimetières, essor de la crémation ou de la thanatopraxie) et les problèmes soulevés par les récentes crises de mortalité (migrants, canicule, épidémies, guerre, etc.) incitent en effet à engager une réflexion pluridisciplinaire et internationale sur le fait mortuaire, en faisant dialoguer des anthropologues, des archéologues, des historiens, des historiens de l’art, des médecins, des philosophes, des psychologues, des sociologues.

Car s’il existe à ce jour de nombreuses forces dispersées et plus ou moins institutionnalisées (carnets de recherches, programmes courts financés, dispositifs institutionnels) il n’existe pas encore en France d’espace scientifique et de recherche spécifiquement consacré à la mort. Ce séminaire de recherche a vocation à combler ce manque en engageant une réflexion véritablement interdisciplinaire sur le fait mortuaire, ses modalités, ses évolutions, ses enjeux.

            Trois journées ont déjà eu lieu :  Cadavres dangereux (17 mars 2021), Cadavres indésirables (6 mai 2021), Cadavres anonymes (3 décembre 2021).

 

            La journée du 17 mars 2022 portera sur le thème Médecins et cadavres. Elle se déroulera de 10 h à 16 h 30, en hybride, à la salle P.A. Février de Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (5 rue du château de l’Horloge, Aix-en-Provence) et via Zoom.

 

Matin :

Rafael Mandressi (historien, CNRS) : Cadavera inmunda sunt : stratégies d’accoutumance et techniques de contrôle face au dégoût chez les anatomistes de l’époque moderne

Valérie Souffron (sociologue, Paris 1) : Faut-il se débarrasser du cadavre pour explorer les corps ? Ce que l’autopsie par imagerie médicale fait aux morts

Après-midi :

Martin Robert (historien, Université d’Oxford) : Cette science nécessaire : dissections humaines et formation médicale au XIXe siècle

Clara Duterme, Valérie Robin Azevedo, (anthropologues, AMU, Université de Paris Cité) : Le Centre du don des corps à l’Université Paris Descartes : un cas si singulier de gestion des cadavres ?

 

Cette journée est ouverte à tous (étudiants de master, doctorants, chercheurs, enseignants chercheurs, professionnels du funéraire) et à toutes les disciplines académiques (sciences humaines et sociales, médecine, etc.) ; notre objectif est en effet d’amorcer une véritable dynamique autour des études sur la mort.

Vous pouvez nous contacter si vous souhaitez manifester votre intérêt ou avoir des informations supplémentaires : Elisabeth Anstett (elisabeth.anstett@univ-amu.fr ), Anne Carol (anne.carol@univ-amu.fr)

 

Lien zoom :

https://univ-amu-fr.zoom.us/j/85327882648?pwd=Zy9MeFBSc3hzRGdOa0hrSDdnV2FEZz09

 

ID de réunion : 853 2788 2648

Code secret : 732873

L’information à l’épreuve des crises sanitaires (France -Espagne, XVIIIe – XXIe s.) – II

Journée d’études

Date(s) : du 25/02/2022 10 h 00 au 25/02/2022 17 h 00

Lieu : Salle Georges Duby, MMSH – Aix-en-Provence

Organisateur(s) / trice(s) à TELEMMe :

 

Groupe(s) organisateur(s) :

 

Partenaires :

  • Hemeroteca Municipal de Madrid

PRÉSENTATION

 

Alors que notre actualité est encore marquée par la crise sanitaire qui impacte notre façon d’être et donne lieu à une médiatisation mêlant souvent raison et émotion, la question de l’information en temps de crise sera abordée dans une perspective pluridisciplinaire et comparatiste à partir de quatre pandémies qui ont marqué le début des quatre derniers siècles. Les travaux exposés par des spécialistes des crises sanitaires et des médias seront suivis de la présentation du projet d’exposition numérique Quatre pandémies à la Une en 80 documents qui s’insère dans une démarche d’ouverture sur le grand public.

 


PROGRAMME

 

10 h – 12 h

Introduction
Elisabel Larriba et Isabelle Renaudet, AMU-CNRS, TELEMMe

Informer et polémiquer en temps de contagion : les écrits de Mgr de Belsunce, évêque de Marseille, pendant la peste de 1720-1722
Régis Bertrand, AMU-CNRS, TELEMMe

Le dévouement mal payé d’un journaliste français, Lucien Bousquet-Deschamps, lors de l’épidémie de fièvre jaune de Catalogne de 1821.
Gérard Dufour, AMU-CNRS, TELEMMe

13 h 30– 17 h

Présidence : Severiano Rojo AMU-CNRS, TELEMMe

Informer en temps de crise au temps de la grippe espagnole: l’exemple de la France
Isabelle Renaudet, AMU-CNRS, TELEMMe

Humor gráfico en la imagen de la prensa madrileña de la gripe española 1918-1919: Aguirre en El Fígaro
Laura González Díez, Universidad CEU San Pablo, Madrid et
Pedro Pérez Cuadrado, Universidad Rey Juan Carlos, Madrid

Présidence: Agnès Delage AMU, CNRS, TELEMMe

Infográficos sobre la COVID-19. Análisis de la evolución temática en El País Digital (2020-2021)
Natalia Muñoz et Elisa Lucas, Universidad a Distancia de Madrid, UDIMA, Madrid

Archiver et étudier les traces en ligne liées à la Covid-19
Sophie Gebeil, AMU, CNRS, TELEMMe

Présentation et arrêt sur images
Exposition numérique Quatre pandémies à la Une en 80 documents. Information et crises sanitaires (France – Espagne, 1720-2021) AMU-CNRS, TELEMMe – Hemeroteca Municipal de Madrid

Coordinateurs et contributeurs :

Elisabel Larriba, Régis Bertrand, Gérard Dufour, Inmaculada Zaragoza García, Isabelle Renaudet, Eve Fourmont Giustiniani, Sophie Gebeil, Delphine Cavallo.

***

Réunion du groupe 80 documents à la Une

 

Vidéo de la communication de Camille Caparos, “Questionner les papiers de famille de la noblesse de France méridionale: une source pour connaître une “force féminine du quotidien” ?, colloque « Fortes de corps, d’âme et d’esprit : récits de vie et construction de modèles féminins du XIVe au XVIIIe siècle » – 10-11 juin 2021, Université de Rouen

Retrouvez la captation de cette communication sur la chaîne de l’Université de Rouen : https://webtv.univ-rouen.fr/videos/camille-caparos-universite-daix-marseille-questionner-les-papiers-de-famille-de-la-noblesse-de-france-meridionale-une-source-pour-connaitre-une-force-feminine-du-quotidien/

Colloque international, “Récit et mise en scène de soi : enjeux et problématiques”, les 2, 3 et 4 février 2022, UR DIRE Université de La Réunion, UMR 7303 TELEMMe Université d’Aix-Marseille

Récit et mise en scène de soi : colloque international organisé du 2 au 4 février 2022 par l’Université de La Réunion (Monica Cardenas) et l’Université d’Aix-Marseille (Christine Orobitg). Le colloque organisé en présentiel à La Réunion pourra être suivi à distance à partir du lien qui figure dans le programme.

! Report séminaire !

Compte tenu de la situation d’intense circulation du virus que nous connaissons en ce moment, l’équipe du séminaire a pris la décision de reporter la première séance de l’année, prévue initialement le 26 janvier.

Cette séance est reportée au 18 mai prochain de 9h30 à 12h salle Paul Albert Février. Elle sera consacrée à la présentation des ouvrages de Virginie Cerdeira et de Delphine Peiretti, issus de leurs thèses respectives.

Les prochaines séances auront lieu les 23 février et 11 mai prochains.

L’équipe vous souhaite une excellente année 2022 ! 

Journée d’étude et appel à communications : “Récit et mise en scène de soi : formes, enjeux et problématiques”, organisés par UR DIRE et UMR TELEMMe, 3 et 4 février 2022, Université de la Réunion

L’une des membres du groupe  Façons d’êtreChristine Orobitg, Façons d’être co-organise une journée d’étude dont vous trouverez l’appel à communications en pièce jointe. 

Séminaire du 8 décembre 2021 : Rationaliser le corps malade : la médecine occidentale face au double choc des épidémies et des cultures, 9h30-12h, MMSH, salle PAF, Aix-en-Provence

Les interventions proposées présenteront, à partir d’archives médicales et associatives, la constitution et la diffusion de savoirs médicaux élaborés par des médecins occidentaux au contact de mondes extra-européens. De la rencontre avec le corps de l’Autre à la confrontation avec de nouvelles situations épidémiques, quels discours sur le corps, les pratiques médicales, les fièvres ? 

Introduction Tristan Portier, doctorant, AMU 

Médecins occidentaux et patients chinois : interactions médicales et savoirs pratiques sur la différence chinoise des corps au XIXe siècle par Clément Fabre, doctorant, SIRICE/TELEMME

“Fièvre des Européens” en Amérique ou “Typhus d’Amérique” en Europe ? La recomposition des savoirs médicaux lors des épidémies de fièvre jaune en péninsule ibérique (années 1790-1820) par Pierre Nobi, doctorant, Centre d’histoire de Sciences Po