Tous les articles par Camille Caparos

A propos Camille Caparos

Doctorante contractuelle en Histoire moderne au sein du laboratoire TELEMMe. Sujet de thèse : "Papiers de famille et écriture féminine dans la noblesse méridionale (XVIIe-XVIIIe s.)".

Cher·e·s lecteurs·rices,

Ce carnet Hypothèses est dédié à l’actualité du séminaire du groupe de recherche « Façons d’être : corps, émotions, récits de soi » rattaché au laboratoire TELEMMe (MMSH). Coordonné par Damien Boquet, Isabelle Luciani et Isabelle Renaudet, ce groupe organise un séminaire mensuel qui a lieu le mercredi matin à la MMSH.

 Vous y trouverez l’agenda des prochains séminaires et des manifestations scientifiques, les publications des membres du groupe, des articles liés à des travaux en cours ainsi que des annonces de soutenances de thèses et HDR et de publications récentes pouvant entrer dans les champs d’études du groupe Façons d’être.

Tous ses membres vous souhaitent une belle lecture et espèrent vous rencontrer lors des activités de l’année 2020.

Annulation du séminaire du 27 mai 2020

La libération. Enfin libres, 157 Fi 37
(ADBR, http://www.archives13.fr/galerie/galerie/images/33/page:1)

Cher·e·s lecteurs·rices, 

Après de longues semaines de confinement, le groupe Façons d’être espère vous trouver toutes et tous en bonne santé. Le déconfinement qui a été décrété ne marque pas, hélas, la reprise de nos activités scientifiques. Si la MMSH a rouvert ses portes, les manifestations (séminaires et autres) restent suspendues en effet jusqu’à nouvel ordre. Nous ne serons donc pas en mesure de maintenir le séminaire du groupe prévu le 27 mai prochain, qui devait être le dernier de l’année. Nous regrettons de ne pas avoir le plaisir de vous retrouver et d’échanger à cette occasion, car il nous tarde comme à vous sans doute, de renouer le dialogue et le lien social. 

Nous espérons que nous pourrons reprendre nos activités en septembre. Si ce n’est pas le cas, il nous faudra inventer de nouveaux moyens pour continuer à faire vivre le groupe et continuer à animer la recherche au sein de notre équipe. 

Nous vous souhaitons le meilleur pour les mois à venir et nous avons hâte de vous retrouver, 

L’équipe Façons d’être

 

Coronavirus : annulation séminaire du 18 mars

Chères et chers membres du groupe, amies et amis

En raison de la situation sanitaire et des mesures de fermeture des sites de l’université, nous sommes au regret de vous annoncer l’annulation du séminaire du groupe Façons d’être le mercredi 18 mars prochain. Notre prochaine manifestation devrait avoir lieu le 27 mai. Nous vous communiquerons le programme de ce séminaire ultérieurement.

Bien cordialement

Les responsables du groupe

Parution de Trouble dans la maternité. Pour une histoire des folies puerpérales XVIIIe-XXe siècles, de Francesca Arena, aux Presses Universitaires de Provence

Retrouvez ci-dessous la table des matières de l’ouvrage de Francesca Arena, issu de son travail de thèse. 

Présentation de l’ouvrage par l’auteur : 

Ce livre, issu de mon travail de thèse, propose – pour la première fois – une histoire sur la longue durée des « folies puerpérales »  (aujourd’hui dépressions périnatales). Ces dernières frapperaient un nombre important de femmes comme en attestent les manuels de psychiatrie, de pédopsychiatrie et d’obstétrique, ainsi que la pratique clinique des médecins et des psychiatres, psychologues et psychanalystes. Les dépressions périnatales sont aussi au centre de politiques de prévention de santé, au regard notamment du risque accru d’infanticide. Dispositifs biomédicaux d’accompagnement à la maternité, ils prennent au regard de l’histoire une dimension critique, relevant à quel point on a naturalisé la parentalité. 
À travers une analyse fine de sources d’archives (dossiers médicaux des malades) et de sources médicales, cet ouvrage permet de combler une lacune historiographique et offre des éléments d’analyse importants pour sortir la maternité d’une histoire positive. À partir d’une perspective de genre, ce livre se situe dans une histoire de la santé et sera de grande utilité non seulement pour les historiennes et historiens mais aussi pour les professionnelles et professionnels de la santé et les nouveaux parents.
 
 

 

tdm_TROUBLEMARTERNITE

Appel à contribution pour le numéro 23 de la Revue d’Histoire de l’enfance irrégulière (2021)

L’enfant et l’asile (XIXe-XXe siècles)

Appel à articles dans le cadre du numéro 23 de la Revue d’Histoire de l’Enfance Irrégulière

Sous la direction de Jean Christophe Coffin (Centre Alexandre-Koyré, CNRS) et d’Anatole Le Bras (Centre d’histoire de Sciences Po, Sciences Po)

 

L’enfant dans un asile ? Quelque drôle d’idée ! Encore ces aliénistes avec leur manie d’enfermer ? Peut-être ; toujours est-il qu’à la fin du XIXe siècle le choix de placer l’enfant dans une institution fermée n’est guère vu comme un choix aisé ; tout au plus une nécessité. Tout d’abord, c’est le placer faute de mieux parmi les adultes, ce qui est bien risqué. Ce type de placement ne peut être une solution d’avenir, tout au plus une réponse transitoire. Certes il y a des enfants qui doivent être placés dans des institutions ; l’enfant idiot, « dégénéré par excellence », est de ceux-là. Mais l’asile pour aliénés est-il le meilleur lieu ? Au fur et à mesure que quelques aliénistes tel Paul Moreau de Tours (1844-1908) s’autorisent à aborder ce que le cœur des hommes refuse, la pathologie mentale chez l’enfant, force est de constater que l’idée chemine.

Après la Première Guerre mondiale, l’idée n’est plus contestée bien qu’elle ne soit pas encore pleinement entérinée. L’irrégularité de l’enfant n’est pas tout à fait la folie de l’enfant. Il n’en demeure pas moins que certains n’hésitent pas à envisager la psychose tandis que d’autres proposent comme le psychiatre Sancte de Sanctis (1862-1935) une nouvelle entité, la « démence précocissime ». Chaque décennie vient apporter son lot de preuves et le langage de la pathologie mentale de l’adulte inspire celui utilisé pour l’enfant comme en témoignent l’usage de « psychose infantile » et de « schizophrénie infantile » qui se répandent dans les années 1950.

Au fur et à mesure que des catégories émergent ici et là, la question de la prise en charge de ces enfants semble toujours plus complexe. Les professionnels discutent, hésitent, fabriquent des solutions sans qu’apparaissent véritablement des consensus très nets. Placer l’enfant dans l’institution bien sûr mais de quel type : fermée ou ouverte ? Loin de la famille ou avec elle ? Car après tout celle-ci n’a-t-elle pas un rôle dans certaines troubles affectant l’enfant ? Doit-on façonner une réponse exclusivement médicale ou bien ne doit-on pas penser aussi une prise en charge dans laquelle le pédagogique serait inclus ? Nombre de ces interrogations demeurent d’actualité.

 

Ce numéro de la RHEI invite à relire l’histoire des institutions psychiatriques au prisme de l’enfance. Il s’agit d’étudier la place des enfants dans l’asile puis l’hôpital psychiatrique au cours des XIXe et XXe siècle. Cela suppose de comprendre, aussi, pourquoi l’asile a pu constituer un repoussoir, un anti-modèle qui a déterminé de nombreux acteurs du champ de l’enfance à soustraire les enfants à son emprise, sur fond de concurrence professionnelle entre psychiatres, psychologues, pédagogues spécialisés… On peut penser qu’en retour, la question de l’enfance a joué un rôle de catalyseur dans les transformations de l’institution psychiatrique, qui a connu de profonds bouleversements au cours du XXe siècle.

Les contributions peuvent donc porter à la fois sur des institutions psychiatriques et sur des institutions qui se pensent comme une alternative ou un complément à l’internement psychiatrique des enfants. Afin d’orienter les contributeurs et contributrices de ce dossier, nous proposons les quatre axes de réflexion suivants, qui n’ont rien d’exclusif :

 

·       Penser la folie infantile

La folie de l’enfant est-elle pensable ? Au-delà d’une histoire internaliste des savoirs psychiatriques, quels facteurs historiques et sociaux ont rendu possible l’émergence de cette notion ? Comment, au cours du XXe siècle, l’interaction entre les catégories de la maladie et du handicap a-t-elle façonné des réponses institutionnelles différentes ? 

·       Prendre en charge les enfants

L’étude des quartiers pour enfants et des premières institutions spécialisées dès la fin du XIXe siècle est souhaitée car celles-ci constituent des mondes asilaires distincts et encore méconnus. Parallèlement il faut s’interroger sur la place réservée à l’asile quand on sait que d’autres modes d’intervention (pédagogique, judiciaire, assistanciel) caractérisent le champ de l’enfance « irrégulière » et « anormale ».

·       Parcours biographiques et expériences enfantines de la psychiatrie

Quels enfants sont placés dans les institutions psychiatriques au cours des XIXe et XXe siècles ? La question du genre est ici déterminante car on peut supposer que l’internement n’a pas touché les filles et les garçons de la même manière. Que révèle l’étude des parcours biographiques de ces jeunes patients ? La question de la sortie d’institution semble ici particulièrement cruciale. Au cours des XIXe et XXe siècles, y a-t-il une expérience proprement enfantine de la psychiatrie ? Cet aspect met en jeu la question du témoignage et de l’accès à la parole. L’approche d’une histoire par le bas ou du point de vue du patient ne se heurte-t-elle pas à ses limites dans le champ de l’enfance ?

·       Perspective internationale et transnationale

Ce numéro invite à réfléchir aux différences internationales dans les modes de prise en charge et aux dynamiques transnationales de la construction des savoirs psychiatriques sur l’enfance.  Les questions posées et débattues ne sont pas propres à un seul pays, comme le montrent aussi bien les interventions lors du congrès international de psychiatrie infantile de 1937 que les rencontres internationales qui se tiendront dans l’après-Seconde Guerre mondiale ou sous l’égide de l’OMS dans les années 1960.

 

Les travaux portant sur le XXe siècle étant plus limités, nous avons à cœur de les encourager. Enfin, si les études historiques sont naturellement attendues, nous ne considérons pas que le sujet de ce numéro puisse être organisé sans l’apport de travaux venant d’autres disciplines des humanités et des sciences sociales.

 

Calendrier

Les propositions (une page, en français ou en anglais) doivent être envoyées à jean-christophe.coffin@cnrs.fr et anatole.lebras@sciencespo.fr pour le 23 mars 2020. N’oubliez pas d’indiquer votre affiliation et vos informations de contact.

Sélection des propositions : avril 2020

Publication : 2021

Journée d’études – La santé au prisme de la question environnementale : politiques publiques, mobilisations citoyennes, 19 février 2020, MMSH, Aix-en-Provence

Le groupe Façons d’être vous convie à assister à la journée d’études qu’il coordonne avec le groupe Les économies méditerranéennes et leurs environnements, XVIe-XXIe siècle (TELEMMe), le mercredi 19 février 2020. 

Voici le programme : 

9h -12h

Introduction

Isabelle Renaudet, AMU, TELEMMe

 

Fièvre jaune, santé et instabilité environnementale : le cas de Barcelone (1815-1821) 

Kevin Pometti, Docteur en histoire

 

De la « santé publique » à « l’environnement » : enquête sur l’invention d’une politique publique de l’air en France (années 1950-années 1960)

Stéphane Frioux, Université Lyon 2-LARHRA


Pause déjeuner

 

 13h30 -16h30

Quand l’industrialisme tue. L’affaire du Pourra (1812-1846) 

Xavier Daumalin, AMU, TELEMMe

 

Une politique de l’environnement industriel exclusive des risques sanitaires ? La révision des études d’impacts sanitaires du chlorure de vinyle monomère, 1999-2002 

Renaud BécotDocteur en histoire contemporaine

 

La résistance aux antibiotiques : les transformations d’un problème public international entre santé humaine, santé animale, et environnement  

Frédéric Vagneron, Docteur en histoire

 

Histoire des émotions : programme de plusieurs événements scientifiques organisés par l’Université du Québec à Montréal

Émotions, corps social et compétences politiques entre époques médiévale et moderne

Le mercredi 5 février 2020

Une conférence de Sophie Wahnich (EHESS), en dialogue avec Piroska Nagy (UQAM)

Dans cette conférence en dialogue, il s’agira de s’interroger sur le rôle des émotions dans l’espace public, en montrant comment les émotions peuvent être considérées comme l’expression de facultés politiques permettant d’agir politiquement de manière variée (ex., résister à l’oppression ou faire surgir sur la place publique un changement déjà en cours, imposer un nouveau rapport de force etc.).
 
Penser les émotions en rapport avec le corps social et la compétence politique permet ainsi de réfléchir  sur les contextes variés, sur l’émotion comme événement,  sur le traitement – contemporain ou documentaire – de ces émotions mêmes et bien d’autres sujets brûlants. Cette conférence à deux voix permettra de mettre en dialogue deux (voire plusieurs) conjonctures critiques, mises en forme de l’émotion politique, manières d’agir ou de réagir, enfin de traitements documentaires.
 
Sophie Wahnich est historienne, directrice de recherches au CNRS et membre du Centre de Recherches Historiques (EHESS). Elle a récemment contribué à l’ouvrage collectif Le fond de lair est jaune : comprendre une révolte inédite (Seuil, 2019).
Piroska Nagy est professeure d’histoire médiévale à l’UQAM et membre du GRHS. Cheffe de file de l’histoire des émotions, elle est l’autrice, avec Damien Boquet, de Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval (Seuil, 2015). 

Le groupe Façons d’être est mobilisé contre la réforme des retraites et contre la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)

Opposé à la réforme des retraites et à la loi de programmation pluriannuelle de la recherche, solidaire de tous les personnels en lutte, ce carnet de recherche rejoint la mobilisation (http://www.sauvonsluniversite.fr) en cours dans l’enseignement supérieur et la recherche ainsi que l’appel (https://blogs.mediapart.fr/community-managers-en-greve/blog/150120/travailleuses-et-travailleurs-du-numerique-bloquez-et-occupez-vos-plateformes) des travailleuses et travailleurs du numérique.

Texte de motion voté par le conseil de laboratoire de l’UMR TELEMMe le jeudi 23 janvier 2020 : 

« L’UMR TELEMMe ayant réuni ce jour un conseil de laboratoire extraordinaire pour prendre position dans les débats en cours à propos de la future Loi pluriannuelle pour la programmation de la recherche (LPPR), tient à affirmer son opposition aux orientations contenues dans les rapports préparatoires des groupes de travail. Elle rappelle que la recherche en sciences humaines et sociales ne peut pleinement s’épanouir qu’à travers le respect d’un certain nombre de principes :

–          Autonomie et indépendance de la recherche par l’augmentation des financements pérennes des laboratoires et des recrutements statutaires, contre la logique dominante des appels à projets et de la contractualisation ;

–          Priorité de la recherche fondamentale conduite dans le temps long, nécessité de l’érudition et importance de la sérendipité ;

–          Reconnaissance de la diversité des tâches assumées et revalorisation des statuts pour permettre à tous les personnels de l’université et des laboratoires de remplir pleinement – et sereinement – leurs missions de service public ;

–          Equité territoriale, incompatible avec la mise en concurrence exacerbée des établissements, unités et infrastructures de recherche ;

–          Evaluation entre pairs, dont la philosophie est à l’opposé d’une évaluation de type managérial fondée sur des critères productivistes attisant la compétition entre chercheurs, au détriment du caractère collectif de la recherche et du partage de ses résultats ;

–          Reconnaissance de la spécificité de la recherche en sciences humaines et sociales et de l’esprit critique que ces disciplines promeuvent au service de la compréhension des sociétés.

L’UMR TELEMMe appelle à l’abandon de ce projet de loi et à l’ouverture d’un véritable débat démocratique et décentralisé sur l’avenir et la place de la recherche dans notre pays. Elle demande à ses tutelles de prendre clairement position sur ce sujet. Elle invite l’ensemble de ses membres à se mobiliser, à  participer aux réflexions sur les modalités d’actions au sein de l’ESR et, dans l’immédiat, à annuler les événements scientifiques qui ont lieu les jours de manifestations. Cette motion sera publiée sur le site de notre unité ».

 

Appel à communications : Journée d’études des jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe, « Acteur(s) et actrice(s) en sciences humaines et sociales », 12 mai 2020, MMSH, Aix-en-Provence

APPEL À COMMUNICATION

Acteur(s) et actrice(s) en sciences humaines et sociales

Journée d’études des Jeunes chercheurs·euses de l’UMR TELEMMe

12 mai 2020
Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Aix-en-Provence

Collectifs, animaux, objets, intelligences artificielles sont autant de catégories qui aujourd’hui questionnent les contours du concept d’acteur en sciences humaines et sociales. L’acteur·rice se caractérise comme celui ou celle qui agit, qui mène une action, ou encore qui interprète. Au-delà de cette définition, de nombreuses déclinaisons — actant, agent — ainsi que des termes connexes — sujet, individu, personne — révèlent des approches méthodologiques spécifiques parfois en opposition : individuel/collectif, micro/macro, subjectivisme/objectivisme, quantitatif/qualitatif, point de départ/d’arrivée de la réflexion, agissant/non agissant.

Interdisciplinaire, le concept d’acteur semble être omniprésent et constamment mobilisé dans les recherches menées en sciences humaines et sociales au point de faire consensus. Il apparaît comme unité fondamentale de nombreuses disciplines. Toutefois, la dialectique entre holisme et individualisme a fait l’objet de débats au sein des sciences humaines et sociales. Au début du XXe siècle, déjà, le sociologue François Simiand dénonçait l’individu comme l’une des trois idoles des historiens avec l’idole politique et l’idole chronologique[1]. Cette critique a conduit l’école des Annales à délaisser l’individu, la figure des « grands hommes » et le genre biographique. En littérature, le structuralisme annonçait la mort de l’auteur dépossédé de son oeuvre[2]. Cependant, dans les années 1980, la crise des structures impersonnelles de l’analyse — idéologies, sociétés, économies — conduit à un « retour de l’acteur[3] » aux multiples visages : l’« inflexion actorielle[4] » en géographie, la microstoria[5], la théorie de l’acteur-réseau en sociologie[6], les capacités auto-instituantes de l’acteur en anthropologie[7], etc. Ainsi, au regard des multiples évolutions épistémologiques, il apparaît que la façon de concevoir l’acteur nest pas neutre et influence les analyses.

C’est dans cette même dynamique que le séminaire Jeunes chercheurs·euses s’inscrit. Le concept y a été exploré au prisme de quatre thématiques : « Pratiques et stratégies », « Normes et transgressions », « Mobilité et spatialité », « Genre et agentivité »[8]. La journée d’études « Acteur(s) et actrice(s) en sciences humaines et sociales » entend prolonger et élargir la réflexion autour de trois axes :

Axe 1 — Être acteur·rice

À quel moment devient-on acteur·rice ? Quels sont les contours et les limites du concept dacteur ? Comment la construction et la conscience d’être acteur·rice mêlent-elles les questions d’identité, de langage et de valeur ? Dans quelle mesure les sciences humaines et sociales participent-elles de la production de l’acteur·rice à travers les catégories qu’elles emploient ? 

Axe 2 — Acteur·rice en action

Quels sont les registres d’action et les stratégies déployés par les acteurs·rices ? Comment les acteurs·rices composent-ils/elles avec des normes et des valeurs ? Dans quelle mesure l’action permet-elle à l’acteur de se réaliser ? Comment le cadre de l’action altère-t-il l’expérience de l’acteur·rice et mobilise-t-il son agentivité ?

Axe 3 — Interagir entre acteurs·rices

Comment les acteurs·rices font-ils/elles système dans leurs interactions ? Comment et pourquoi les acteurs·rices s’organisent-ils/elles en collectif ? De quelles manières se construisent et s’articulent les rapports de pouvoir et de domination entre les acteurs·rices ? En quoi les réflexions autour des réseaux permettent-elles d’intégrer des éléments non-humains à l’analyse ?

Ces thématiques pourront être abordées à l’aide d’études de cas et de travaux empiriques issus de diverses disciplines (histoire, géographie, histoire de l’art et archéologie, sociologie, anthropologie, philosophie, langues et littérature, musicologie,  psychologie…). Les communications feront apparaître explicitement les spécificités épistémologiques des sujets qu’elles abordent.

Les propositions des doctorant·e·s ou des jeunes docteur·e·s devront être envoyées avant le 27 mars 2020 à l’adresse : jeunes.chercheurs.telemme@mmsh.univ-aix.fr. Elles comporteront un titre, un résumé de la communication projetée (500 mots environ) ainsi qu’une brève présentation de l’auteur·e (nom, situation, unité de rattachement).

La journée d’étude se tiendra le 12 mai 2020 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 5 rue du château de l’horloge, 13094 Aix-en-Provence. Les frais de transport et d’hébergement restent à la charge des participant·e·s ou de leur institution de rattachement.

 

COMITÉ D’ORGANISATION :

Dylan BECCARIA, doctorant en histoire moderne

Camille CAPAROS, doctorante en histoire moderne

Guillaume CONTINI, doctorant en histoire contemporaine
Zoë DUBUS, doctorante en histoire contemporaine

Romain FACCHINI, doctorant en histoire moderne

Béatrice HERMITTE, doctorante en histoire de l’art contemporain

Florie IMBERT-PELLISSIER, doctorante en histoire moderne

Mélina JOYEUX, doctorante en histoire contemporaine

Alexandre MAHUE, doctorant en histoire de l’art moderne

Soizic MORIN, doctorante en histoire contemporaine

Pablo PEREZ, doctorant en histoire moderne

Emmanuel PORTE, doctorant en histoire moderne

Tristan PORTIER, doctorant en histoire contemporaine

Julie RATEAU-HOLBACH, doctorante en histoire de l’art contemporain

Marguerite VALCIN, doctorante en géographie



[1] François Simiand, « Méthode historique et science sociale. Étude critique à propos des ouvrages récents de M. Lacombe et de M. Seignobos », Revue de synthèse historique, 1903, p. 1-22, 122-157, repris dans Méthode historique et sciences sociales, op. cit., p. 113-169.

[2] Roland Barthes, « The Death of Autor /La mort de l’auteur », Aspen Magazine, n°5/6, 1967.

[3] Alain Touraine, Le retour de lacteur. Essai de sociologie, Paris, Fayard, 1984 ; Jacques Le Goff, « Les ”retours” dans l’historiographie française actuelle », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques [En ligne], 22 | 1999.

[4] Michel Lussault, « Acteur », dans Jacques Lévy et Michel Lussault, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2013, p. 39-42. 

[5] Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers, Paris, Flammarion, 1980.

[6] Madeleine Akrich, Michel Callon, Bruno Latour (éd.), Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris, Mines ParisTech, Les Presses, « Sciences sociales », 2006.

[7] Bernard Lepetit, « L’histoire prend-t-elle les acteurs au sérieux ? », dans François Dosse (dir.), Le temps réfléchi. L’histoire au risque des historiens, Espaces Temps, 59-61, 1995, p. 112-122.

[8] Voir le programme complet sur le carnet des Jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe : https://jjctelemme.hypotheses.org

Séminaire du 29 janvier 2020 : « Usage de cour, langage du corps », MMSH, salle PAF, 10h-12h

« Nous vous informons de l’annulation du séminaire initialement prévu le 29 janvier, jour de mobilisation nationale contre la réforme des retraites, et solidairement (ou en total accord avec) la position prise par le conseil de laboratoire extraordinaire de l’UMR Telemme du 23 janvier contre les orientations du projet de loi de programmation de la recherche ».

L’équipe du groupe Façons d’être vous adresse ses meilleurs voeux pour l’année 2020 et vous invite à son prochain séminaire, intitulé « Usage de cour, langage du corps », animé par Lucien Faggion et Guillaume Alonge. Retrouvez le programme ci-dessous.

Soutenances de thèse de Mariana Dominguez Villaverde et de Kevin Pometti Benitez

Deux doctorants du groupe Façons d’être soutiendront leur thèse en histoire, en décembre 2019:

Le lundi 2 décembre 2019,  14h, MMSH , salle Germaine Tillon :

Mariana Dominguez Villaverde, AMU,  ancienne membre de la section scientifique de la Casa de Velazquez:

Ser y Estar, Les Pieds-Noirs d’Alicante et de sa région, d’une rive à l’autre de la Méditerranée

Le mercredi 4 décembre 2019, 9h, MMSH, salle Georges Duby :

Kevin Pometti Benitez, doctorant Labex-Med

Inestabilidad ambiental y salud pública en una ciudad mediterránea del Antiguo Régimen. Barcelona entre el paludismo y la fiebre amarilla (1780-1821).

Instabilité environnementale et santé publique dans une ville méditerranéenne de l’Ancien Régime. Barcelone entre le paludisme et la fièvre jaune (1780-1821).