Fin de vie et LSD : histoire des recherches médicales autour de la bonne mort

Communication de Zoë Dubus, doctorante en histoire contemporaine sous la direction d’Anne Carol, séminaire Façons d’être (19 décembre 2018)

Découvert en 1943 par le chimiste Albert Hofmann, le LSD est rapidement reconnu pour ses effets thérapeutiques, notamment dans le cadre de la fin de vie. Puissant antalgique, il permettait également aux patients en phase terminale de cancer d’appréhender leur propre mort avec plus de sérénité et favorisait la communication avec les proches et le personnel soignant grâce à ses effets proprement « psychédéliques ». Ceux-ci, établis par le psychiatre américain Walter Pahnke, se caractérisent par le sentiment de ne faire qu’un avec le monde extérieur, une sensation de profond bonheur et de submersion par des émotions indescriptibles, un sens du sacré (cependant moins puissant que celui décrit dans la littérature mystique), enfin un sentiment d’amour profond et altruiste (Pahnke, 1966(1)). Au cours des années 1960, de nombreuses études établissent une méthodologie sûre et aux résultats prometteurs, appelée « thérapie psychédélique ». Il existe un lien intrinsèque entre le développement, certes restreint, des études sur les bénéfices du LSD dans le cadre de la fin de vie et l’élaboration d’une remise en question de pratiques médicales de l’époque, déshumanisantes et violentes, sources d’isolement et de souffrances. Nécessitant une nouvelle méthodologie, elles ont ainsi participé à l’amélioration de l’évaluation de la douleur, en mettant l’accent sur la perception et le témoignage du patient, et ont permis d’enrichir les réflexions sur l’expérience de la mort et du « mourir ».

Pourtant, à la fin des années 1960, ces recherches sont progressivement marginalisées puis finalement interrompues à la suite du développement d’usages de LSD en dehors du cadre médical. Plusieurs facteurs entrent alors en jeu : tout d’abord, la disqualification du LSD en tant que médicament, en partie liée à l’utilisation de concepts pour décrire l’expérience psychédélique (à l’image de « l’expansion de conscience »), trop proches d’un vocabulaire sectaire. D’autre part, la perte de contrôle du corps médical vis-à-vis d’une substance encore considérée comme un médicament met en danger sa légitimité. Ce sentiment de perte de contrôle du corps médical s’inscrit enfin dans un sentiment global partagé par une large partie de la société des années 1960 : le lien entre consommation de LSD et mouvements de contestation achève de condamner la substance. De nos jours, après une quarantaine d’année d’arrêt des recherches sur le LSD, de nouvelles études sont à nouveau autorisées dans différents pays du monde, pour ré-évaluer, grâce aux progrès scientifiques, les bénéfices potentiels de la substance appliquée aux soins palliatifs. Le psychiatre Peter Gasser, en Suisse, a ainsi reçu depuis 2014 l’autorisation d’employer le LSD avec sa patientèle privée.

1 Walter Pahnke, William Richards, “Implications of LSD and experimental mysticism”, Journal of Religion and Health, n°5, 1966, pp. 175-208

Bibliographie :

Anne Carol, Les médecins et la mort, XIXe –XXe siècle, Aubier, Paris, 2004

Albert Kurland, “LSD in the Supportive Care of the Terminally Ill Cancer Patient”, Journal of Psychoactive Drugs, 1985, Vol. 17, n°4, pp. 279-290

Nicolas Langlitz, Neuropsychedelia, The revival of hallucinogen Research since the decade of the brain, University of California Press, Berkeley, 2013

Jelena Martinovic, Mort imminente, Genèse d’un phénomène scientifique et culturel, Métis Presses, Genève, 2017

Philippe Pignarre, Qu’est-ce qu’un médicament ?, La découverte, Paris, 1997


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.