Séminaire inter-laboratoires partenaire du groupe Façons d’être : Histoires d’écoutes. L’auralité en histoire et pour l’histoire, de l’Antiquité à l’époque moderne

Le 13 octobre 2021, le séminaire du groupe Façons d’être : corps émotions récit de soi a repris ses activités en présentiel, après plus d’une année de fonctionnement sur le mode distanciel. Le programme et le calendrier de l’année 2021-22 ont été présentés. Notez que les prochains séminaires auront lieu le 9 novembre et le 8 décembre 2021, les 26 janvier, 23 février et 11 mai 2022 (salle Paul-Albert Février, MMSH, 9h30-12h).

 

Le groupe Façons d’être : corps émotions récit de soi est partenaire du séminaire inter-laboratoire Histoires d’écoutes. L’auralité en histoire et pour l’histoire, de l’Antiquité à l’époque moderne. Ce séminaire porté par Emmanuèle Caire (TDMAM), Véronique Ginouvès (Phonothèque), Marie-Emmanuelle Torres (LA3M), Laure Verdon (TELEMME) fonctionnera sur la base d’un séminaire mensuel à partir de décembre 2021. Une journée d’études est prévue en juin. Les dates de ces manifestations sont les 10 décembre, 21 janvier, 25 février, 25 mars, 22 avril, 20 mai, 10 juin, salle Germaine Tillion.

Ce séminaire placera au centre de sa réflexion les sources historiques qui fourmillent d’indications sonores : voix du collectif, textures sonores, mécanismes pensés pour installer, optimiser voire forcer l’écoute de certains individus. Les voix de Dieu, du pouvoir, du collectif, de la nature ou de la guerre résonnent dans les sources parce qu’elles ont été entendues et parce que l’auteur veut les faire entendre au lecteur.

Ce séminaire fera de la recherche d’une société sonore l’un de ses objectifs en tentant de retrouver son régime d’écoute particulier, entre oralité (ce qui est dit, qui relève de la performance) et auralité (ce qui est entendu, qui relève de l’expérience et module le récit historique, la création artistique ou encore le récit de l’Autre. L’écoute sera donc explorée à la fois comme un objet historique, un moyen d’écriture du social et un outil pour l’historien.  Il s’agira de réfléchir aux méthodologies possibles pour retrouver, reconstruire et exploiter cette écoute historique tout en observant ce qu’elle peut apporter à la recherche historique. Dans cette optique, le séminaire aura recours à l’observation des méthodes employées par les spécialistes du sonore « audible ». L’objectif est d’ouvrir par ces réflexions croisées un laboratoire expérimental des méthodologies possibles, qui servira aux chercheurs et étudiants désireux d’intégrer et/ou d’exploiter l’auralité dans leur recherche.

Le séminaire s’articulera autour de trois questionnements :

1) Il s’agira d’abord de mettre en lumière ce que l’écoute apporte à la compréhension des expériences et des discours passés. On écoutera ce que ces évocations auditives disent des rapports sociaux, de l’expérience urbaine du collectif, du politique, du divin et de la pensée du corps. On observera ce que la remise dans une perspective de performance / expérience auditive fait à la construction des objets et au positionnement méthodologique.

2) On interrogera ensuite le dit de cette écoute dans les sources anciennes, grâce au vocabulaire et aux mécanisme employés pour créer ces transcriptions (littéraires ou plastiques). On réfléchira aussi aux objectifs poursuivis par l’auteur en étudiant l’émotion, le filtre moral et les jeux d’allusions auditives qu’il installe par ces situations auditives. On pourra juger de ce que cette écoute « mentale » dit et sous-entend dans l’écriture historique. On saura ainsi si l’expérience aurale du lecteur est une expérience réduite ou « augmentée » du sonore. Cela conduira à questionner l’intérêt du paysage sonore dans une œuvre littéraire ou plastique.

3) Enfin, on discutera des méthodologies employées pour la remise en écoute contemporaine. On en viendra au positionnement du chercheur en croisant les champs disciplinaires et les attentes, pour identifier ce qu’il est possible de faire, dans quelle mesure et pour quelles utilisations. Cela aura pour but de questionner les méthodes de recréation de l’écoute historicisante et les types d’expériences qu’il est possible d’imaginer (du chercheur au grand public).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.