Une source du récit de soi : « le livre de comptes »

Livre de comptes de Claire-Julie de Foresta, née Rémuzat (ABDR – Fonds Foresta 140J49)

Ce livre de raison (en deux volumes) est tenu par Claire Julie de Foresta (1753-1825), née Rémuzat, entre 1769 et 1822. Il recèle le registre des achats et des dépenses diverses de cette noble marseillaise ayant vécu à Marseille dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Organisé sous la forme de tableau de type commercial, ce livre de raison témoigne de la capacité de Claire Julie de tenir ses comptes, de les organiser et de gérer ses dépenses particulières. Née au sien d’une famille de négociants et élevée par une mère tenant elle-même ses journaux de comptes, Claire Julie se révèle être, à la lecture des nombreux documents d’archives qu’elle nous a légué, une véritable femme d’affaires.

En effet, à la mort de son époux en 1791, Claire Julie de Foresta apparaît tout à fait capable de prendre en charge la gestion du patrimoine familial et l’éducation de ses enfants dont elle est la tutrice.

Ainsi, tout en tenant jour après jour ses comptes particuliers (articles de mode, aumônes, facture du perruquier ou de la tailleuse…), cette noble provençale continue le livre de raison de son défunt mari, Marie-Joseph-Maffée de Foresta (1730-1791) ainsi que celle de sa belle-mère, Marie Gabrielle de Bricard.

De telles sources nous permettent de comprendre la place des femmes dans la gestion du quotidien, la vie familiale et les affaires domestiques.

Camille Caparos, doctorante contractuelle (TELEMMe).


2 réflexions sur « Une source du récit de soi : « le livre de comptes » »

  1. Bonjour, est-il possible de trouver une copie de ce genre de livre ? je m’intéresse aux dépenses aux moyen-age, particulièrement dans les châteaux.

    D’avance merci et bonne journée

    1. Bonjour,
      Vous devriez regarder les publications scientifiques sur les chartriers médiévaux qui rassemblent les documents de gestion des domaines seigneuriaux, des dépenses de table aux récoltes, vendanges etc. Certains de ces chartriers contiennent donc des livres de comptes et plusieurs d’entre eux ont bénéficié de publication. Vous pouvez consulter cet ouvrage général pour en avoir un aperçu : Philippe Contamine et Laurent Vissière, Défendre ses droits, construire sa mémoire : les chartriers seigneuriaux XIIIe-XXIe siècle, Actes du colloque international de Thouars (8-10 juin 2006) réunis par la Société de l’histoire de France, Paris, Société de l’histoire de France, 2010.
      En espérant vous avoir aidé,
      Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.