Sylvie Moret Petrini, « L’expérience enfantine au prisme des écrits personnels de jeunesse »

En 1998, dans la préface de l’Histoire de l’enfance en Occident, Egle Becchi et Dominique Julia déploraient ne saisir cet âge de la vie  « qu’à travers le prisme que nous en ont laissé à chaque période de l’histoire les adultes (législateurs, pédagogues, écrivains, peintres, parents, autobiographes se remémorant leur propre passé, etc) » ajoutant « et c’est à travers ces traces indirectes que nous devons tenter de reconstruire ce qu’ont pu être les enfances des époques révolues ».

Les recherches sur les écrits personnels  ont permis progressivement de transformer ce constat – qui était légitime à la fin des années 1990 – grâce à la découverte d’un chaînon manquant dans l’histoire de l’enfance pour cette période pour le moins ; l’écriture personnelle de jeunesse. La Suisse romande en conserve fort heureusement de nombreux témoignages puisque plus de soixante-dix journaux de cette nature ont été identifiés à ce jour.

Cet abondant matériau scripturaire de jeunesse fait du territoire helvétique un cas d’étude particulièrement favorable pour tester l’écriture d’une  histoire à « hauteur d’enfant ».  Ces « voix » enfantines ou de jeunesse qui évoquent leur expérience de leur temps de formation apparaissent en effet comme une réelle opportunité d’étudier l’expérience individuelle de l’enfance. Bien que Hugh Cunningham pondérait, dans son ouvrage The Invention of Childhoodparu en 2006, l’intérêt des journaux de jeunesse au titre qu’ils éclairent, d’après lui, davantage les conventions et attentes des adultes à l’égard des enfants que leur expérience personnelle, ils sont représentatifs, tout comme le soulignait également Colin Heywood[1] de la construction de leur identité[2] : une identité qui s’élabore en intégrant progressivement les valeurs et les codes affectifs et sociaux qui régissent leur milieu.

L’un des points important que renvoient ces journaux et qui est constitutif de cette identité enfantine, c’est que la formation a été orientée très fortement vers l’autonomisation et la responsabilisation des enfants. Dans le même temps, les jeunes gens ont usé de la plume pour revendiquer leur autonomie. L’écriture a été perçue comme le moyen de gestion de ces êtres en formation, gestion financière, mais aussi gestion morale, gestion du temps et gestion des apprentissages, que ce soit les apprentissages intellectuels ou liés au mode de vie. Le journal en participant à cette surveillance d’eux-mêmes a permis dans le même temps aux jeunes gens d’affirmer leur émancipation.  

[1]Colin Heywood, Growing up in France: from the Ancien Régime to the third Republic, Cambridge, Cambridge univ. press, 2009.

[2]Colin Heywood, Growing up in France: from the Ancien Régime to the third Republic, Cambridge, Cambridge univ. press, 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.