Relations interdites en temps de guerre. Des contacts entre civils aux relations sexuelles entre femmes allemandes et prisonniers de guerre français (1940-1945)

Collection privée Lutz Würzberger : Prisonniers de guerre à Leipzig
Collection privée Lutz Würzberger : Lutz et sa mère à Leipzig

Communication de Gwendoline Cicottini, cotutelle AMU (Isabelle Renaudetet )-Tübingen Universität (Johannes Großmann), séminaire Façons d’être (19 décembre 2018)

La Seconde Guerre mondiale a généré de nombreux déplacements de populations menant des femmes et des hommes à se côtoyer dans un contexte exceptionnel, alors que leurs Etats respectifs faisaient de ces citoyens des ennemis.  Des prisonniers de guerre français se retrouvent ainsi au sein du Reich vivant dans une proximité plus ou moins grande avec des femmes allemandes. Imposées le plus souvent par le travail, des rencontres jalonnent la vie quotidienne et des contacts se nouent, contacts interdits, mais pas anodins pour autant. Si dans la pratique ces actes sont banals (échange de denrées alimentaires, discussions, partage d’intimité), ils sont interprétés comme une menace politique, un affront aux idées raciales du Reich, portant atteinte aux mœurs allemandes. Cette étude tente d’analyser la place que tiennent ces relations humaines pendant la Seconde Guerre mondiale, en abordant le conflit sous un angle social, de l’intime. Elle définit le statut des prisonniers français, qui parmi les millions d’étrangers qui se retrouvent en Allemagne pendant la guerre, bénéficient d’une relative liberté de mouvement et disposent de denrées d’échanges comme du chocolat, grâce aux colis envoyés depuis la France. Elle éclaire le cadre juridique qui préside aux relations entre population locale et prisonniers, relations strictement interdites par un décret adopté dès novembre 1939. En dépit de cette interdiction, de nombreuses femmes ont été condamnées par les tribunaux allemands, laissant une masse importante de sources. L’analyse d’environ 2000 dossiers révèle que 50% des « contacts » impliquent au moins un rapport sexuel. Ces dossiers judiciaires, qui mettent en lumière le fonctionnement de la justice allemande et les procédures pénales, permettent aussi de saisir le quotidien et l’intimité de femmes restées seules dans leur foyer du fait de la mobilisation massive de la population masculine. Les dépositions auxquelles les procédures donnent lieu nous renseignent sur les circonstances des premières rencontres, sur les lieux des retrouvailles qui vont des toilettes de l’entreprise aux lits conjugaux, en passant par les parcs ou les forêts. A travers la répression dont ces femmes sont l’objet, ce sont des corps déviants qui sont jugés, une sexualité qui enfreint les normes et par laquelle ces femmes se soustraient à la Volksgemeinschaft. Le fait que, malgré l’interdiction et la répression, ces relations ne cessent pas, interroge. Ce contexte fait apparaître des zones grises dans la politique raciale au sein du Reich à l’égard des Français, alors que ces hommes sont pourtant bien définis comme des ennemis du peuple allemand. S’il est difficile de reconstruire une histoire de l’intime et des sentiments à travers les sources, la documentation met cependant au jour des comportements riches de sens. Des femmes allemandes ont ouvert leur porte à des prisonniers de guerre français en ayant conscience des risques encourus. Ces sources sont donc une entrée dans l’histoire de la justice sous le IIIème Reich, mais ouvrent aussi des pistes de réflexion plus qu’actuelles sur le traitement des femmes par l’appareil judiciaire, sur la sexualité, la sexualité comme pouvoir, ainsi que sur la notion de consentement dans les années 1940. 

 1. 7,6 millions d’étrangers sur le territoire du Reich dans Herbert Ulrich, Fremdarbeiter: Politik und Praxis des « Ausländer-einsatzes »  in der Kriegswirtschaft des Dritten Reiches, Berlin, J.HW. Dietz Nachf., 1985, p. 11.

2. Verordnung zur Ergänzung der Strafvorschriften zum Schutz der Wehrkraft des Deutschen Volkes vom 25. November 1939 (RGBI). I, p. 2319.

3. Étude de 1785 dossiers concernant des français dont 908 dossiers impliquent au moins un rapport sexuel. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.